Archives par mot-clé : Horizome

J’irai manger chez Mariama

Mardi 10 novembre, Waïla, Pauline et Mariama se retrouvaient au local de la JEEP pour confectionner un plat typique du Sénégal, le poulet grillé et sa sauce yassa. Une recette familiale transmise de génération en génération…

Moins d’invités que d’habitude, reconfinement oblige, elles ont pu prendre le temps de la non mixité pour partager leur point de vue sur leur féminité.

Retour avec ce podcast sur le moment passé ensemble, un montage de Mariama et Pauline :

> Recette du soir : cuisses de poulet grillé et sa sauce yassa

Difficulté : *  // Temps de préparation : 45 minutes // Temps de cuisson : 45 minutes // Satisfaction gustative : *****

Ingrédient pour 4 personnes :

Nettoyer le poulet : enlever la peau, bien frotter les cuisses de poulet à l’eau froide. Si vous n’avez pas de vinaigre blanc, ajouter deux citrons pressés et du sel puis frotter de nouveau le poulet avec le tout.

Une fois bien propre, tailler les blancs de poulet pour aérer la chaire.

Ensuite, couper les légumes en petits dés : la carotte, les poivrons et les oignons. Émincer les gousses d’ail. Garder une partie pour la farce du poulet (1/4) et le reste pour faire la sauce (3/4).

Dans un saladier, mélanger aux cuisses de poulet, 5 cuillères à soupe de moutarde, un bouillon de poulet, le persil séché. Ajouter le paprika, le cumin et le piment doux. Bien rentrer la farce de petits légumes dans les entailles du poulet.

Mettre les cuisses de poulet au four.

Pendant ce temps, préparer la sauce yassa : utiliser le reste des légumes avec beaucoup d’oignons. Ajouter une demi cuillère à café de fond de veau (ou un bouillon de poule). Mélanger le tout avec beaucoup de moutarde, environ 4 à 5 cuillères à soupe. Faire chauffer une poêle à blanc. Verser le mélange puis ajouter 20 cl d’huile de tournesol. Recouvrir la poêle et laisser mijoter une vingtaine de minutes. Venir remuer la sauce pour vérifier qu’elle ne colle pas à la poêle.

À côté dans un saladier, verser 500g de riz une fois cassé. L’astuce de Mariama : mettre le saladier deux minutes au micro-onde pour faire torréfier le riz. Ensuite, bien rincer le riz à l’eau froide. Le verser dans une casserole d’eau avec une cuillère à soupe d’huile de tournesol. Laisser cuire en remuant pendant 20 minutes.

Vérifier la cuisson du poulet, il ne doit pas être trop grillé pour rester tendre.

Découper un citron en tranches. Sortir le riz et le poulet pendant que la sauce continue de caraméliser. Laisser le poulet au chaud.

Une fois que la sauce est bien cuite, mettre la table, servir le riz, une cuisse de poulet par personne, la sauce yassa et une tranche de citron pour finaliser l’assiette.

Un vrai délice !

Et pour terminer, un titre que Mariama voulait partager avec nous car il parle des ancêtres :

Radio comptoir ! Les dispositifs de réciprocité

Dans le cadre des Journées de l’Architecture 2020, le Syndicat potentiel a invité les collectifs Topoi et Horizome à se rencontrer pour partager leur expérience, leur personnalité et leur engagement sociétal. Après trois jours qui ont permis à tout le monde de se découvrir, un plateau radio est organisé au Syndicat Potentiel, avenue de Colmar. Voici avec ce podcast, une recomposition du débat qui mélange les temporalités et les espaces. Il y est question du droit à la ville et de l’impact politique du pouvoir d’agir citoyen :

> Qui est le collectif Topoï?

Au travers de la présentation des dispositifs de réciprocité conçus et réalisés par le collectif Topoi, Flore Grassiot et Antoine Miallon, architectes, retracent les différents projets menés en horizontalité permettant d’assumer une fabrication de la ville ouverte et appropriable par ses habitant·e·s :

Pour aller plus loin : www.topoi.site

> Et si on racontait l’Odylus…

C’est le moment de revenir sur 18 mois de recherche-action au sein d’une aile de l’ancienne clinique Sainte-Odile, où le collectif Horizome et l’association L’Étage ont pu expérimenter avec les 80 résident·e·s du lieu comment lier accompagnement social et démarche artistique au sein d’un centre d’hébergement éphémère. C’est ce que l’on nomme dans le jardon l’habitat intercalaire. À l’initiative du projet, un élu municipal Syamak Agha Babaei et un promoteur immobilier Eddy Vingataramin :

Pour aller plus loin : www.raconter-odylus.org

Un plateau radio organisé par HTP radio au Syndicat potentiel, le 8 octobre 2020.

À la régie : Grégoire Zabé, Jean-François Mugnier.

Avec les interventions de Flore Grassiot, Antoine Mialon, Nathalie Chamagne, Kevin Clementi, Rémi Buscot, Grégoire Zabé, ZaïMo, Thomas Nussbaumer, Riad Ghoul, Anna , Souad El Maisour et Pauline Desgrandchamp.

Un montage de Pauline Desgrandchamp pour HTP radio.

HTP Reportage ! Le concert d’HANATSUmiroir

Le 22 août dernier, un incroyable instrument prenait place pour le temps d’un concert minimaliste au coeur de la maille Éléonore. C’est l’ensemble strasbourgeois HANATSUmiroir qui est venu squatter aux pieds des immeubles de la place Montaigne pour proposer une oeuvre musicale répétitive, ainsi qu’une collaboration hip-hop made in HTP.

> Une collaboration avec deux jeunes rappeurs du studio La Ruche!

Avant le concert, EHM et MNG sont venus à deux reprises dans le local de HANATSUmiroir à la friche Laiterie, pour co-réaliser un titre commun reliant musique hip-hop & electro-acoustique.

> L’Organous, un instrument incroyable!

Ce fut également l’occasion pour HTP radio d’interviewer Léo Maurel, le luthier concepteur de l’Organous, un orgue multi-modulaire, tentaculaire et spatialisé. Il revient sur la création de son instrument au travers de ce podcast :

> Et l’ensemble HANATSUmiroir, c’est qui?

HANATSUmiroir est né en 2010 de la rencontre de la flûtiste Ayako Okubo et du percussionniste Olivier Maurel.

Animé par l’envie de développer un nouveau répertoire, voyant celui-ci comme outil poétique de lien de entre les cultures et les pratiques, le duo fédère rapidement autour de lui un effectif élargi d’interprètes, performeurs, danseurs, artistes visuels et scénographes. Entre recherche, création et répertoire, l’envie de construire des situations scéniques propices à une autre écoute des musiques de notre temps, a amené l’ensemble sur les scènes et festivals de plusieurs pays d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord.

En parallèle, HANATSUmiroir développe des actions de médiation et de pédagogie qui s’enrichissent des créations emmenées par l’ensemble, sur le territoire alsacien. L’ensemble organise également des rencontres et ateliers avec les compositeurs qui sont autant d’occasions de nouvelles découvertes musicales.

plus d’informations sur le site !

Radio Comptoir ! Faire danser la terre

Les résidents de l’Odylus, lieu social et artistique temporaire basé dans l’ancienne clinique Sainte-Odile à Neudorf en correspondance par téléphone avec l’artiste Cynthia Montier donnent forme à une playlist de confinement que HTP Radio propose de relayer via la radio comptoir.

Une manière particulière d’amorcer la rencontre puisque Cynthia devait débuter sa résidence le 1er avril au sein du lieu. Afin de s’adapter à la situation, elle propose, depuis quelques semaines, différentes formes de conversations à distance : échanges de SMS et de MMS, entretiens téléphoniques, affichage public ou inscriptions dans la ville, banderoles ou lettres déposées au pied des chambres…

Dans le cadre de sa résidence artistique à l’Odylus, elle s’intéresse également à l’outil radio comme une prise de contact et un mode d’interaction pour se transmettre différentes postures spirituelles. On peut citer par exemple la force, le courage, la tenacité ou l’espoir, des thématiques spécifique de la cartomancie qu’elle interroge de manière ouverte et fortuite via sa résidence.

C’est ainsi qu’ici vous trouverez un premier jet radiophonique de relation par le partage de sons pour faire danser la terre. Belle écoute !

> Playlist Faire danser la terre :

1- MC Hammer – U Can’t Touch This
2- Snap! – The Power
3- Public Enemy – Fight The Power
4- Ninho – Malcolm
5- Baloji – Peau de Chagrin / Bleu de Nuit
6- Eartheater – Inclined
7- Lindsey Stirling – Crystallize
8- 4Hero – Golden Age of Life
9- Ursula Rucker – Tron
10- Opus III – It’s A Fine Day
11- Stereolbad – Lo Boob Oscillator
12- Telex – Victime De La Société #2
13- Lou Bega – Mambo No. 5
14- Hot Chocolate – You Sexy Thing
15- Nina Simone – Feeling Good
16- Princess Nokia – Balenciaga
17- Ayana Kamura – Pookie
18- Technotronic – Pump Up The Jam
19- Donna Summer – I Feel Love
20- Anita Ward – Ring My Bell
21- Indeep – Last Night A DJ Saved My Life
22- Nancy Sinatra – These Boots Are Made For Walkin’
23- Elli Medeiros – Toi Mon Toi
24- GALA – Freed from desire
25- France Gall – Résiste
26- Tina Turner – We Don’t Need Another Hero
27- Nina Simone – Ain’t Got No, I Got Life
28- Beyoncé – ***Flawless ft. Chimamanda Ngozi Adichie
29- Yasmine Hamdan – Hal
30- Altin Gün – On
31- Saâda Bonaire – You Could Be More As You Are
32- Francis Bebey – Bissau
33 -Teru Edel Zeneb – Temeker
34- Maya – Lait de Coco
35- Bella Ciao

HTP style ! La radio du collège Érasme et du Lycée Rudloff

Depuis septembre 2019, une vingtaine de collégiens et une trentaine d’élèves en seconde élaborent chacun de leur côté des manières sonores de se rencontrer,

-portrait sonore de chacun des participants, envoyé par email aux autres…
-questions-réponses entre chacune des parties pour mieux cerner le rapport entre la troisième et la seconde…
-vote collectif pour décerner des prix à partir des portraits sonores, celui de l’originalité et celui du travail de montage.

Retour avec ce podcast, trace de la première émission radio qu’ils ont organisés le 17 octobre 2019 au collège Érasme :

une après-midi avec une cinquantaine de collégiens du  College Erasme  et lycéens de  Lycée Marcel Rudloff qui se rencontraient pour la première fois au travers d’un plateau radio entre jeunes,

Une expérience test-erreur de l’outil radiophonique, qui nous a tous permis de vivre la condition de direct et mieux comprendre comment ça fonctionne…

La suite le 9 avril 2020, avec un nouveau plateau en direct du lycée Marcel Rudloff, le temps pour les équipes de s’initier à la création de fictions, à la réalisation de micro-trottoirs et d’interviews et à l’écriture journalistique avec Ophélie Gobinet, journaliste à Rue89 Strasbourg pour construire le conducteur de cette future émission,

bref, on a hâte !

Préparation du plateau :

Les élèves de la 3ème C et de la seconde générale 1G6 avec l’aide d’Anne Diener, Sylvaine Louis, Pauline Desgrandchamp, Grégoire Zabé, Audrey Hoffmann, Kévin Béclié et Estelle Mauranne dans le cadre d’un accompagnement éducatif – soutenu par le CLEMI.

HTP Style ! Culture(s) et création

Dans le cadre de la restitution de la web série « Au pied d’ma tour » et de la soirée « Urban projects », HTP radio a installé un plateau radio au studio de Hautepierre samedi 14 décembre pour revenir sur les processus de création de deux projets portés par des membres actifs de HTP radio depuis un an et demi : l’émission « J’irai manger chez vous » et la web série « Au pied d’ma tour ».

Les deux projets initiés par Elnara, Dylan, Ameur et Mikaïl ont été soutenus par la préfecture dans le cadre d’une collaboration entre la JEEP de Hautepierre, le collectif Horizome et la Maison des Ados de Strasbourg afin de contribuer à valoriser les jeunes talents de Htp.

À l’écoute ici, le podcast faisant trace des discussions autour des cultures et de la création, diffusé en direct de 17h30 à 18h30, avec Bernadette Nguyen et Ameur Brieg pour animer les débats :

Sujet 1 #J’irai manger chez vous

Retour sur l’expérience globale de cette émission récurrente entre les porteuses. On apprend à enregistrer, à interviewer et à monter… On apprend à découvrir des plats, des recettes de cuisines et tout simplement, on profite du moment présent de partage autour d’un repas entre générations…

Avec Elnara Memmedova, Sarah Bougrin, Waïla Cury et Mariama.

Sujet 2 #Au pied d’ma tour

Retour sur l’histoire de cette web série et son processus de réalisation avec les porteurs et les acteurs présents. Comment est née l’idée de ce projet, elle parle de quoi et pourquoi cette série? On en profite aussi pour parler de design sonore parce que c’est aussi le hip-hop qui est mis en avant par l’audio-visuel… On parle des ambiances sonores et des titres musicaux produits spécialement pour la web série…

Avec Mikaïl Baba, Vincent Viac, Serena Steger, Junior, Ridfauve et Sparrow.

Une émission animée par Bernadette Nguyen et Ameur Brieg, la Eley représente !

réalisation technique : Maylis Cerbelaud,

préparation de l’émission : Pauline Desgrandchamp et Waïla Cury.

Au pied de ma tour #5 ! Ameur Brieg

Depuis septembre 2018, HTP Radio accompagne en partenariat avec la Maison des Adolescents de Strasbourg, Eclipse production dans la réalisation de la web série Au pied d’ma tour, retraçant les épopées de trois camarades de quartier se rêvant de percer dans le monde du hip-hop…

> Rencontre radiophonique avec Ameur :

Ameur est l’un des membres actif de htpradio, co-porteur avec ses amis Mickaïl et Dylan, de la web série « Au pied dma tour », s’amusant ainsi à détourner notre format d’émission autour de la valorisation des personnalités fortes du quartier en une série vidéo qui sera bientôt diffusée sur youtube…

Retour en podcast sur l’histoire de ce beau projet :

  • Son âge : 18 ans
  • Son blase :  Ameur
  • Son style : Sa simplicité
  • Sa spécialité : Créatif et tenace, je lâche pas l’affaire !
  • Sa devise : « Il faut croire en ses rêves. Si on veut, on peut »

Ici, un épisode de Golden Moustache, une web série originale sur youtube, qu’Ameur avait envie de nous partager parce que l’épisode est critique vis-à-vis des codes du hip-hop entre hier et aujourd’hui :

Et pour suivre le projet sur les réseaux, direction la page Instagram dédiée !

> Et la web série, elle en est où?

Depuis le mois d’octobre, après onze versions du scénario maintenant terminé, le tournage des scènes intérieures suit son cours au studio M33, à la Meinau. Les trois acteurs, RidFauve, Junior et Sérena, ont travaillé sur la production musicale d’un freestyle spécialement créée pour la série, dans le studio personnel de Moxxx du HTP Gang.

Le tournage en extérieur, reporté une première fois faute de pluie, s’est déroulé le samedi 9 novembre, maille Éléonore, au pied de l’immeuble d’un des jeunes porteurs. Maintenant il reste à travailler le derushage et finaliser le montage vidéo…

Big up à Dylan, Mickaïl, Ameur et toute la fine équipe qui gravite autour du projet !

> Affaire à suivre ?

Sortez votre agenda ! Le 14 décembre, de 17h à 22h, Dylan, Ameur, Mickaïl, Horizome, la JEEP et la Maison des Adolescents organiseront au studio de Hautepierre la soirée de lancement de la web série. Ce sera l’occasion pour HTP Radio de proposer un plateau en direct tourné autour du processus de création de la web série Au pied dma tour et de l’émission J’irai manger chez vous.

HTP sur les trottoirs ! Les 50 ans du quartier

Cette année, il paraîtrait que le quartier va fêter ses cinquante années de vie… Wouah 1/2 de siècle, c’est impressionnant… Les partenaires associatifs du quartier avec l’aide de la direction de proximité de Hautepierre, sont donc en train de penser à l’organisation d’un événement spécial. Pour mieux organiser un format qui ressemble aux envies habitantes, HTP Radio est allée dans la rue proposer un micro-trottoir spécial « Et si c’était à nous de l’organiser, qu’est-ce-qu’on ferait? »

Les premières réponses sont disponibles à l’écoute via ce podcast :

Au final, pour l’instant les envies proposées parient sur une grande fête pour allier tout le quartier, à la plaine des jeux ou sur une place, avant les périodes estivales de vacances ou avant l’hiver, avec une déambulation par mailles pour aller chercher ou récupérer les fêtards de HTP ! De la musique et de la cuisine, de la solidarité et l’envie de se rassembler… Et des manières de valoriser les richesses et les caractères multiple de Hautepierre…

Et vous, alors? Une idée spécifique, une envie particulière? Envoyez-nous vos idées par mail à hello@htpradio.org

> Les 50 ans en 50 heures !

C’est le CSC Le Galet qui coordonne la préparation de l’anniversaire des 50 ans. Pour l’instant, l’idée première est de proposer un week-end spécial afin de fêter les cinquante années de vie de Hautepierre en cinquante heures de festivité : ateliers artistiques, cuisine collective et musiques vont rythmer les journées et les soirées !

Vous voulez participer à la programmation des festivités ou alors venir donner un coup de main durant l’anniversaire? Contactez-nous par mail à hello@htpradio.org

Radio Comptoir ! Le chantier participatif de l’Odylus

D’avril à juin, le collectif Horizome, également porteur du projet artistique, préparait avec l’association l’Étage, les lieux du commun au sein de l’Odylus, une ancienne aile de la clinique Saint-Odile dans le quartier de Neudorf transformé durant 18 mois en une résidence d’accueil et d’hébergement à destination de familles et personnes isolées.

Ainsi, un premier grand chantier ouvert fut préparé au mois de mai et mené vaille que vaille par Horizome avec l’aide de plusieurs résidents de l’Odylus et de cinq étudiants qui avaient embrassé la cause. Big up à Joséphine, Claire, Laurine, Yao et Léo!

Des personnes de l’extérieur et quelques voisins les rejoignirent pour donner un coup de main à la pâte malléable qu’était l’Odylus en ces débuts tâtonnants. Louis, Laetitia, Sabrina…,

Retour avec ce podcast liant petites interviews, ambiances sonores et création binaurale, permettant de garder trace des tous premiers moments passés à l’Odylus…

Et si vous voulez plus d’informations sur le projet Odylus, direction le blog dédié !

HTP explore ! les balades à l’oreille

Dans le cadre des Journées Européennes de l’Architecture 2018 autour de la thématique ENSEMBLE, le collectif Horizome, associé au festival Exhibitronic et à la JEEP, a proposé d’expérimenter en commun l’architecture percutante de la maille Catherine au travers de deux balades à l’oreille dans le quartier, les 5 et 10 octobre 2018.

 

HTP Radio a notamment participé au projet en produisant spécialement pour l’occasion une phonographie augmentée d’un freestyle in situ. Avec 17 Binks, Cobra et Kesko & la classe des percussions de Strasbourg, Tim Hanquet et Simon Journet. À la production Léo Paulen et Pauline Desgrandchamp.

 

En écoute ici Freestylers : (ATTENTION, ÉCOUTE PRIVILIÉGIÉE AU CASQUE)

 

Et en écoute là, une restitution radiophonique d’une des deux balades, signé Dimitri Madi, volontaire en service civique à HTP Radio.

 

> C’est quoi une balade à l’oreille?

Il s’agit d’une promenade physique selon un trajet défini permettant de se focaliser sur les paysages sonores, en jouant à la fois entre des sons ambiants, des percussions augmentées ou encore des enregistrements sonores, pour raconter autrement les richesses d’un territoire urbain. C’est aussi un moyen de tester ce que l’on nomme un « urbanisme sonique » qualifiant les espaces urbains avec la musicalité des matériaux trouvables sur site et une démarche empathique, à l’écoute des usages des lieux.

Autrement dit, c’est permettre au travers de la « narration sonore en marche », puisque la balade en sons met en action le corps écoutant, de raconter un récit spécifique aux lieux environnants : une sorte de réalité alternative et immatérielle, en 3D, de se qu’il se passe à Hautepierre. Les paysages sonores réels se confondent avec les sons percussifs de Tim et Simon. On joue également entre des sons enregistrés, ( cf. le freestyle) et des sons percutés en direct, permettant au final de mettre en scènes la maille Catherine selon le jour et la nuit.

 

> Ça sert à quoi au final ce type de pratique?

Afin d’appuyer un concept clé dans la notion de fabrique urbaine participative, il s’agit ici d’insister à populariser la compréhension sensible et émotive d’un territoire, fondée autour de la compréhension sensorielle plurielle et divergente de chacun de nous, corps sensibles et habitants de Strasbourg. L’alterité se voit ainsi qualifiée et matérialisée en données de terrain, participant dans le même temps à affirmer la constitution de diagnostics territoriaux plus incarnés vis à vis d’un territoire.

Ce travail fait partie d’une recherche en cours au sein du laboratoire ACCRA de l’Université de Strasbourg, porté par Pauline Desgrandchamp, rédactrice de HTP Radio.

Plus d’informations sur stras-sphere.org

 

> Une expérience partagée et donc partageable !

Voici ici une première synthèse du trajet vécu, rédigée à partir du débrief partagé entre les présupposés des concepteurs et les retours d’expérience de chacun des expérimentateurs empiriques :

 

#Scène 1 : mise en écoute du corps – avenue Cervantès 

Les expérimentateurs fonctionnent en binôme, un pour guider, l’autre masqué, ils avancent dans une marche sonore méditative et territoriale à la fois, dessinant mentalement un trajet imaginaire et sensible de l’environnement présent. Le paysage ambiant est marqué par une pluralités de plans sonores, entre sons de circulations piétonne, automobile et passage du tram. C’est également l’espace-temps de conditionnement de l’expérience sensible pour l’expérimentateur masqué, qui doit s’habituer petit à petit à s’orienter au travers de ses autres sens. Selon les profils, certains ont noté une angoisse forte car perdus tandis que d’autres se rassuraient de suivre les voix de la circulation (différents plans sonores reliés comme le son du tram, voiture, vélos)

 

#Scène 2 : trajet  – allée Charles Perrault

L’utilisation d’une pattern musicale, construite à partir de pièces de monnaie disposées sur les rails du tramway, va donner le top départ des percussions métalliques, avançant dans l’allée Perrault, à coup de bois et de tuyaux.

Ce qui permet également aux expérimentateurs de mieux distinguer les masses architecturales présentes sur place. De nuit, l’un remarque des effets de distance très nets, une autre des effets d’échos amplifiés selon la position du corps écoutant vis à vis des matières résonantes. D’autres étaient  concentrés sur les matières traversés au sol, leurs pieds devenant un outil de ressentis supplémentaire à leurs oreilles. De jour, plusieurs personnes ont noté un effet de distance entre les bruits ambiants et les ajouts de ceux des musiciens. L’une a parlé d’effet de brouillage quant aux sons percussifs, la dérangeant dans l’écoute du paysage ambiant.

 

#Scène 3 : freestyle augmenté – place Flaubert

Un paysage sonore peut aussi se comprendre comme totalement fictif, créé par la manipulation de l’enregistrement. Ainsi, pour insister sur l’aspect immersif du sonore, HTP Radio a testé pour enregistrer les plans, un microphone assez particulier, appelé BINAURAL, permettant de simuler une écoute 3D.

La bande sonore propose en son sein deux plans distincts, transformant des espaces-temps hautepierrois particuliers. L’un concerne l’enregistrement des percussions de Tim et Simon place Flaubert, maille Catherine. L’autre concerne le freestyle de Cobra et Keska devant la CAF, à la Eley. Les percussionnistes jouaient en IN et en OFF, la plus part des expérimentateurs se sont d’ailleurs amusés à vivre une immersion spéciale en doutant de cette fine limite entre réalité et hologramme sonore.

 

#Scène 4 : résonances architecturales – parc Simbad

La marche reprend son cours pour s’avancer petit à petit en coeur de maille, espace architectural autant détonant que respirant… Les percussionnistes dessinent alors une fabrication percussive de l’espace : le parc pour enfant devient un instrument transformant les murs des immeubles en caisses de résonance.

Les gamins aux alentours sont intrigués et excités par ces résonances, les aveugles sont immergés, difficile de déceler les frappes des échos, surtout de nuit. En journée, moins de remarques et plus de compréhensibilité des effets sonores présents. Ce qui permet de proposer cette hypothèse : les temporalités jour/nuit auraient alors un rôle important en tant qu’empreintes de ressentis et d’émotions.

Sorte de final pour les deux musiciens, la partition proposée évolue en des frappes de plus en plus fortes et précises, insistant à affirmer une musicalité métallique pour saisir autrement l’urbanisme spécifique de ce coeur de maille. Un expérimentateur masqué a ainsi été marqué par son souvenir auditif : quelques minutes après l’arrêt des musiciens et avant d’enlever son masque, il continuait d’entendre les percussions de manière mentale pour en dessiner une image plus précise de l’urbanisme local.

 

#Scène 5 : visite sonore – jardin du coin

À la tombée de la nuit, les écarts de température entre des espaces plus minéralisés en frontières de maille et l’avancée en coeur de maille se sont fait ressentir intensément. En journée, comme l’a fait remarqué une des expérimentatrice masquée, il s’agissait plutôt de repérer les ombres portées des bâtiments à partir de la lumière du soleil sur la peau du visage.

L’entrée dans le jardin, vert et dense, était marquée par l’humidité et les odeurs. Quelques sons d’insectes jusqu’alors inédits, puisqu’impossible de se trouver là (le son d’une cigale, d’une libellule ou encore d’un coq) se sont fait entendre, perturbant le paysage sonore local… Une autre manière de symboliser les petits habitants du jardin, bêtes et autres insectes issus du compost ! En journée, pas de sons ajoutés mais une visite des plantations avec un des animateurs du jardin…

 

Conclusion collective autour d’un pot convivial permettant à chacun, expérimentateurs et concepteurs de partagés leur retour d’expériences.