Archives par mot-clé : Printemps

Le printemps est arrivé et ça fait du bien !

J’irai manger chez Marie-Claire

Mercredi 5 février, Elnara et Pauline arrivaient autour de 11h chez Marie-Claire Nhim afin de découvrir différentes recettes de fête cambodgienne. Le soir même nous mangions toutes ensemble avec comme invité à la table de Marie-Claire : Zaï Mo, son ami cher, artiste et jardinier, co-référent du collectif Horizome.

Retour en podcast sur le temps passé à découvrir recettes de cuisine, masques et huiles pour le corps, astuces de recyclage des aliments, de l’eau et débat durant le repas autour du pays d’origine de Marie-Claire, le Cambodge.

Au programme de la journée, un curry de poulet et sauce à la crevette, des brochettes de boeuf sauce maison, 80 nems, une salade de légumes croquants, un dessert à base d’aloé vera infusée aux feuilles de pandan, des astuces que l’on continue de pratiquer depuis et surtout une rencontre inoubliable.

Nous avons pu cuisiner pendant 6h comme trois vraies professionnelles, un très beau moment que l’on prend plaisir à vous partager ! Merci encore Marie-Claire

Avec la participation de Zaï Mo, ami de Marie-Claire et artiste jardinier au sein du collectif Horizome.

> Pâte d’épices spéciale M-C

dans un mixeur, ajouter les feuilles de combabar, racine de kalanga, feuilles de citronelle, ail sec, curcuma, piment fort,

la pâte est prête,

> Curry de Poulet

1- chauffer lait de coco

laisser bouillir pour devenir crémeux,

2- ajouter les échalottes pré-coupées,

3- bien mélanger, laisser cuire,

4- ajouter les morceaux de cuisses de poulet (que vous aurez préalablement nettoyer, enlever la peau et désosser les cuisses)

5- ajouter deux boites de bambou gros morceaux, ainsi que la moitié de la pâte de curry préparé juste avant,

6-une nouvelle boîte de lait de coco avec une grosse cuillère à soupe de pâtes de crevettes,

7- finir par ajouter les oignons pré-découpés,

laisser mijoter, c’est prêt

servir avec du riz ou du pain, agrémenter de quelques feuilles de coriandre. 

> brochettes de boeuf 

découpez le morceau de bœuf, choisir une partie plutôt tendre,

y ajouter le reste de la pâte d’épice spéciale de Marie-Claire, 

ranger les morceaux afin de faire de belles brochettes, 

dorer les à la poêle,

c’est prêt

> Salade de légumes croquants

Couper très finement les 5 carottes, les 3 poivrons de trois couleurs différentes et les 3 échalottes à l’aide d’un découpe julienne,

Ajouter l’ensemble des découpes de légumes dans un grand saladier avec du gros sel, laisser réserver,

Découper finement du gingembre en assez bonne quantité, ajouter le au saladier,

à côté, préparer la sauce de la salade, ajouter du melflor à une cuillère à soupe de moutarde, une pincée de sel, un cuillère à café de sucre et de glutamate,

Bien mélanger le tout, la sauce doit s’épaissir peu à peu,

Reprendre le saladier, venir essorer à la main chaque découpe de légumes et garder le jus récolté dans un bol à côté,

Il ne vous reste plus qu’à mélanger délicatement l’ensemble et vous avez une salade de légumes que vous pouvez conserver deux jours au réfrigérateur.

Déguster la avec le jus de légumes salé, que l’on peut également conserver comme base d’un bouillon de légumes !

Et pour aller plus loin, suite à la discussion d’avec Marie-Claire lors du repas, retrouvez une vidéo qui retrace un bout d’histoire du Cambodge :

Et le documentaire signé Rythy Panh, 2011 disponible ici :

HTP Explore ! Quand les applaudissements songent

#Bas les masques

HTP Radio s’interroge, en cette période de prise de distance forcée bien que sanitairement indispensable, sur les impacts citoyens de cette crise mondiale inédite. Dans cette perspective, Pauline Desgrandchamp et Vincent Lebrou, chercheurs actifs au sein du collectif Horizome, reviennent sur la place du politique et de la conscience collective en ces temps bousculés.

Il s’agit, à partir de l’assemblage de différents samples de documents d’archives (journaux, émissions, conseil municipal strasbourgeois, titres de musique, extraits de film, lecture de textes) et d’ambiances locales enregistrées (applaudissements aux fenêtres), de garder traces pour préparer l’après…

Ce qui nous donne un documentaire-fiction de 30 minutes, réalisé durant ces deux derniers mois, au fur et à mesure des lectures et des émotions de l’une et de l’autre.

> Parti-pris :

Les sciences sociales peuvent effectivement constituer une arme utile aux réflexions à venir. Pierre-André Juven, sociologue et spécialiste des questions de santé, revient par exemple dans ses travaux sur les décisions successives du ministère de la Santé de ne pas donner à l’hôpital public les moyens de son fonctionnement. Dans un ouvrage paru récemment et co-écrit avec Fanny Vincent et Frédéric Pierru, il continue sa description de « la casse » du système hospitalier, de moins en moins doté sur le plan financier, et qui tend dans le même temps à être toujours plus performant (disponible en pdf ici).

Comme le rappel Vincent, le système ne changera pas uniquement à la faveur d’une salutaire prise de conscience de ceux qui nous gouvernent. Il va donc falloir imaginer des nouveaux espaces de résistance politiques et sociales plus populaires.

Il arrive alors un temps où Hautepierre, Neuhof, Meinau et tant d’autres quartiers stigmatisés deviennent les exemples à suivre, la solidarité entre humains devenant une trame commune pour (re)prendre confiance et envisager nos propres résistances…

Alors, prêt ? Partez !

> Sources extraites et liens vidéo :

Dans un souci d’éthique scientifique et afin de mieux saisir les différents interlocuteurs, l’ensemble des sources utilisées sont listées ci dessous avec l’accès aux liens web et la figuration des dates de chaque morceaux prélevés, vous permettant d’ajuster la chronologie :

-Entretien téléphonique avec Vincent Lebrou, chercheur en sciences politiques à l’Université de Strasbourg, Pauline Desgrandchamp, 05 avril 2020,

-Applaudissements 20H, rue de la Broque, 15 avril 2020. Source : enregistrement citoyen

– »Jusqu’ici tout va bien », extrait du film La Haine, Mathieu Kassovitz, 1995. Source : https://www.youtube.com/watch?v=YM0kBkrRaJ4

-Applaudissements 20H, rond-point de l’Esplanade, 23 mars 2020. Source : enregistrement citoyen

-Les soignant.e.s toulousain.e.s reprennent Orelsan pour lancer la mobilisation générale de la santé, reprise du clip Basique, Orelsan (2017), CGT du CHRU de Toulouse, juin 2018. Source : https://www.youtube.com/watch?v=UJ8JXr_LIW4

-Agnès Hartemann, chef de service de diabétologie à La Pitié Salpêtrière (Paris) sur le plateau des matins de France Culture, une émission de Guillaume Lerner : « Quel avenir pour l’hôpital si 1000 médecins démissionnent? », 13 janvier 2020. Source : https://www.youtube.com/watch?v=-nL4ad531ZM

-Agnès Buzin revient sur « la paupérisation de l’hôpital public » sur le plateau de Bonjour chez vous, une émission d’Oriane Mancini, Public Sénat, 31 octobre 2019. Source : https://www.youtube.com/watch?v=Nw5Aq9b1EwI

-intervention de Syamak Agha Babei, médecin urgentiste et vice président de l’Eurometropole, lors du Conseil municipal de la ville de Strasbourg et l’Eurometropole, 14 mai 2019. Source : https://www.youtube.com/watch?v=NVthaZDFukc

– « Grève des urgences de Strasbourg », FRANCE 3, reportage de Sylvie Malal et Arnaud Rapp, monté par Isabelle Nommay, et présenté par Olivia Villamy dans la bobine du soir du jeudi 20 juin 2019. Source : https://www.youtube.com/watch?v=jlGgDXbgG9Q

–  François Salachas, neurologue à la Pitié-Salpêtrière qui donne sa position de médecin dans l’émission Arrêt sur images : « Coronavirus, on doit se préparer à l’ouragan », 13 mars 2020. Source : https://www.arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/coronavirus-on-doit-se-preparer-a-louragan?fbclid=IwAR165lknBY3juWpOg4l3lssRVm-q4tL_p4r-I89mRVas7kJJr4FEKvgiiBs

-discours officiel d’Emmanuel Macron, 16 mars 2020. Source : https://www.youtube.com/watch?v=mhklV9uOvTQ

-extrait du thème musical X-Files, aux frontières du réel, Mark Snow, 1993. Source :  https://www.youtube.com/watch?v=hAAlDoAtV7Y

-extrait du titre Assassin, L’état assassine, 1995. Source : https://www.youtube.com/watch?v=2uIhOT5WQV4

-extrait du film La naissance de l’amour, Philippe Garrel, 1993. Source : https://www.youtube.com/watch?v=umlRmyR6_hA

-extrait du titre Public Ennemies, Fight the power, 1988. Source : https://www.youtube.com/watch?v=8PaoLy7PHwk

-Applaudissements 20H, avenue François Mitterand, 15 mars 2020. Source : enregistrement citoyen

-quatre citations tirées de l’ouvrage La casse du siècle à propos des réformes de l’hôpital public, de Pierre-André Juven, Frédéric Pierru et Fanny Vincent, collection raisons d’agir, octobre 2019. Source : https://www.raisonsdagir-editions.org/catalogue/la-casse-du-siecle/

Merci à Sarah Moutier d’avoir prêté sa voix et à Vincent Lebrou de s’être prêté à cet exercice radio différé !


>Et en bonus, quelques articles utiles :

Puisque prendre soin de soi, c’est d’abord prendre soin des autres, voici quelques articles parus sur des sites plutôt fiables que l’on a notamment utilisé afin de préparer le podcast,

-La casse du siècle, à propos des réformes de l’hôpital public : https://www.raisonsdagir-editions.org/catalogue/la-casse-du-siecle/

-Coronavirus, regards de l’EHESS : https://www.ehess.fr/fr/%C3%A9chos-recherche/coronavirus-regards-lehess?fbclid=IwAR33IM0QWTPy-9F1gLDP-m1lhX9wf863O_on3HaIOaL6wBQUrsrgO1IOZfc

-Lettre d’un soignant à ceux qui nous gouvernent: https://acta.zone/lettre-dun-soignant-a-ceux-qui-nous-gouvernent/?fbclid=IwAR35KIlPHSNDEH9ValB6yJC5wWF_FoIgHUzPCNIy0QujskA4JRp3jZHbdVo

-Et maintenant on culpabilise les citoyens : https://france.attac.org/se-mobiliser/que-faire-face-au-coronavirus/article/et-maintenant-on-culpabilise-les-citoyens?fbclid=IwAR37bNkErL-0YrrsqOzJtErQEmGAD77o3Wd9-PgE7bAkcc4tZJQDESfY0ms

-Epidémie virale et panique morale, les quartiers populaires au temps du covid 19 : https://aoc.media/analyse/2020/04/14/epidemie-virale-et-panique-morale-les-quartiers-populaires-au-temps-du-covid-19/

-Le covid 19, la guerre et les quartiers populaires : https://www.metropolitiques.eu/Le-covid-19-la-guerre-et-les-quartiers-populaires.html?fbclid=IwAR3-VYenZHTASA7O5kRvxheLUvzW72d1tygngWGtfd-nDDoc-2Nm9p1yfXc#nh5

– »Les connards qui nous gouvernent » : https://blog.mondediplo.net/les-connards-qui-nous-gouvernent

-Premier rapport de l’observatoire de l’état d’urgence sanitaire : https://acta.zone/premier-rapport-de-lobservatoire-de-letat-durgence-sanitaire/?fbclid=IwAR2vP2pPFj80tp7p7q9ouOaWe42LHT_O8PCqCsoFnOUju1Axavt_7dW49YU

-Penser et agir par temps de pandémie : https://up-magazine.info/decryptages/analyses/44719-penser-et-agir-par-temps-de-pandemie/?login=true&fbclid=IwAR1HSmLawZYFtvgh2FXSALZgvNXf1SuUbDARlJScAsbgoo6kcLfjCr70rbI

-Les formes contemporaines de la biopolitique : https://www.cairn.info/revue-internationale-de-politique-comparee-2011-4-page-7.htm#

-Gilles Deleuze, l’Art et les sociétés de contrôle : https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/070520/gilles-deleuze-lart-et-les-societes-de-controle

Radio Comptoir ! Faire danser la terre

Les résidents de l’Odylus, lieu social et artistique temporaire basé dans l’ancienne clinique Sainte-Odile à Neudorf en correspondance par téléphone avec l’artiste Cynthia Montier donnent forme à une playlist de confinement que HTP Radio propose de relayer via la radio comptoir.

Une manière particulière d’amorcer la rencontre puisque Cynthia devait débuter sa résidence le 1er avril au sein du lieu. Afin de s’adapter à la situation, elle propose, depuis quelques semaines, différentes formes de conversations à distance : échanges de SMS et de MMS, entretiens téléphoniques, affichage public ou inscriptions dans la ville, banderoles ou lettres déposées au pied des chambres…

Dans le cadre de sa résidence artistique à l’Odylus, elle s’intéresse également à l’outil radio comme une prise de contact et un mode d’interaction pour se transmettre différentes postures spirituelles. On peut citer par exemple la force, le courage, la tenacité ou l’espoir, des thématiques spécifique de la cartomancie qu’elle interroge de manière ouverte et fortuite via sa résidence.

C’est ainsi qu’ici vous trouverez un premier jet radiophonique de relation par le partage de sons pour faire danser la terre. Belle écoute !

> Playlist Faire danser la terre :

1- MC Hammer – U Can’t Touch This
2- Snap! – The Power
3- Public Enemy – Fight The Power
4- Ninho – Malcolm
5- Baloji – Peau de Chagrin / Bleu de Nuit
6- Eartheater – Inclined
7- Lindsey Stirling – Crystallize
8- 4Hero – Golden Age of Life
9- Ursula Rucker – Tron
10- Opus III – It’s A Fine Day
11- Stereolbad – Lo Boob Oscillator
12- Telex – Victime De La Société #2
13- Lou Bega – Mambo No. 5
14- Hot Chocolate – You Sexy Thing
15- Nina Simone – Feeling Good
16- Princess Nokia – Balenciaga
17- Ayana Kamura – Pookie
18- Technotronic – Pump Up The Jam
19- Donna Summer – I Feel Love
20- Anita Ward – Ring My Bell
21- Indeep – Last Night A DJ Saved My Life
22- Nancy Sinatra – These Boots Are Made For Walkin’
23- Elli Medeiros – Toi Mon Toi
24- GALA – Freed from desire
25- France Gall – Résiste
26- Tina Turner – We Don’t Need Another Hero
27- Nina Simone – Ain’t Got No, I Got Life
28- Beyoncé – ***Flawless ft. Chimamanda Ngozi Adichie
29- Yasmine Hamdan – Hal
30- Altin Gün – On
31- Saâda Bonaire – You Could Be More As You Are
32- Francis Bebey – Bissau
33 -Teru Edel Zeneb – Temeker
34- Maya – Lait de Coco
35- Bella Ciao

HTP reportage ! Faire légion

On ne se lasse pas d’écouter la compilation LÉGION, une production Woxxxlab, le label de hip-hop indépendant 67200, porté par Moxxx que l’on ne présente plus à Hautepierre puisqu’il s’agit notamment du fondateur du HTP Gang.

Un projet original valorisant la scène hip-hop locale, sorti le 13 mars, mené de longue haleine avec 43 artistes du Bas-Rhin permettant de montrer par le faire la richesse des différents styles et flows du coin.

Confinement oblige, retour en podcast avec cet entretien téléphonique de Moxxx, producteur infatigable, pour en savoir d’avantage sur le projet. Merci à lui, aux beat makers et à tous les artistes de la compil !

Ophélie Gobinet, journaliste spécialisée dans la culture hip hop, a suivi depuis le départ toutes les coulisses du montage du projet. Chaque semaine, elle nous dévoile titre après titre, chacun des artistes qui ont collaboré à faire LÉGION.

> NLR – Rédemption

À 28 ans, NLR est artiste interprète depuis près de 15 ans. Jul, Lacrim, Booba, PNL, Vald… NLR puise ses influences dans le rap mais pas que… Francis Cabrel ou Johnny Hallyday ont aussi bercé son enfance. Amoureux de la musique en général, c’est une manière pour lui de ne pas s’enfermer dans une seule case.

Le strasbourgeois est fier de représenter sa ville et sa région, et pour lui, poser un son sur la compilation qui réunit 43 artistes locaux était normal : « c’est pas tous les jours qu’on réunit autant de rappeurs sur un même projet. Moxxx a été un bon manager pour qu’on puisse construire ce projet tous ensemble. »

« La rédemption, c’est le rachat par Dieu du mal et des péchés qu’on a commis. Dans ce morceau, j’explique que j’ai compris les choses de la vie et que je ne les attends plus. Je m’en remets à Dieu et j’ai confiance en lui. Que je vois bien d’une part ce que font les gens en bien ou en mal mais que je n’ai pas à les juger. Il vaut mieux que je me taise. Dieu fera le choix parmi les siens. Car tout est écrit ».

Retrouvez ici « Rédemption », le 1er clip extrait de la compil LÉGION, dispo depuis le 13 mars sur toutes les plateformes de téléchargements.

> KTS et Lems – La Belle Vie

À 25 ans, KTS né à Wissembourg, dans le nord de l’Alsace est dans la musique depuis dix ans. Il a été bercé aux sons de Salif, Lunatic bien sûr, Ärsenik mais aussi les strasbourgeois de NAP, le groupe dont est issu Abd Al Malik. Pas tellement inspiré par le rap US, il dit écouter du rap italien, hollandais mais aussi allemand.

Avec Axl, Lems et d’autres encore, KTS fait partie de ce vivier d’artistes qui placent leur secteur sur la carte. Et malgré le manque de structures à Wissembourg pour les jeunes qui veulent faire du rap, ils sont une dizaine à charbonner, notamment au studio ULK Record. Wissembourg n’aurait pas à rougir de Strasbourg… sauf pour les événements rap. Et sur ce point, KTS est un fidèle des Open Mic organisés par l’émission Hip Hop From Elsass tous les 1er mercredi du mois à la Kultur, à Strasbourg. Ceux qui veulent le voir kicker en live savent où le trouver… Sur la compilation LÉGION, KTS a sorti le son « La Belle Vie », en featuring avec Lems : « La belle vie… c’est plus un combat qu’un constat. On va tout faire pour atteindre nos besoins et nos objectifs ». Quand il parle de la compilation : « avec Moxxx aux commandes, on savait sur quoi on s’embarquait. C’est un projet super carré et complet ».

HTP Reportage ! Tous les autres jours aussi…

Retour sur la journée du 8 mars à Hautepierre. Une création stéréophonique pour les deux oreilles, sorte de documentaire-fiction cherchant à affirmer la place des femmes fortes dans notre quartier et de comment elles luttent chaque jour contre les idées reçues, le plus souvent véhiculées par les médias nationaux…

À écouter au casque pour expérimenter une écoute mouvante !

Avec les voix de Malika, Ragi, Coline, Saadia, Geneviève, Zeyneb, Audrey, Emma et Pauline,

des enregistrements d’ambiance de l’ensemble de la journée du 8 mars 2019 à Hautepierre, ou comment illustrer une convergence des luttes avec : l’Association culturelle des afghans de Strasbourg, Femmes d’ici et d’ailleurs, l’association Vidyalaya, SOS Femmes Solidarité, le CSC Le Galet, Femmes actives, Allez les filles, Femmes égalité, Table & Culture et Tamoulcholaï,

des échantillons d’archives issues de l’INA « Prêts pour le mariage ? », 1964 et «Pour ou contre les femmes en pantalon ? », 1973

et un échantillon du titre Queen de Art&Miss, Collectif de zouzes à plumes strasbourgeoises. Ici, un lien vers la page de téléchargement de leur premier album !

Un documentaire-fiction d’Emma Wehrlé et Mélody Claudon produit dans le cadre du festival « Réenchanter mon quartier » II organisé par la Cie 12:21 les 13, 14 et 15 juin 2019. Avec la complicité d’Audrey Hoffmann et de Pauline Desgrandchamp.

Zeyneb Chouaieb, artiste & interprète, femme d’ici et d’ailleurs.

> Et c’est quoi déjà un docu-fiction?

Le documentaire radiophonique permet à l’auditeur la découverte d’un sujet via une narration sonore.  Le format et la durée varient fortement en fonction des contextes de diffusions, mais ce type de production implique à la fois de la créativité, de la recherche de terrain, ainsi qu’un temps d’écriture autour de l’oralité.

 Il peut être journalistique, artistique ou les deux à la fois. La notion de docu-fiction permet surtout aux auteurs un travail de fond et des questionnements pointus établis objectivement qu’ils vont traduire aux auditeurs comme si ils racontaient une histoire. L’apport de la fiction devient alors primordiale pour tendre la main de l’écoutant, lui permettre de fermer les yeux et de l’accompagner à s’immerger dans un recueil fantasmé du quotidien et prendre de la distance.

Finalement, que nous raconte le réel ? Qu’est-ce-que la subjectivité et l’objectivité? Comment un sujet peut changer en fonction de qui le raconte et comment un documentariste peut-t- il influencer le sujet qu’il aborde par sa seule présence ? Qu’est-ce que la notion de point de vue et de manipulation sonore ? En quoi participer à l’écriture d’un docu-fiction engage une initation à l’oralité et aux manières de poser sa voix ? 

HTP Kids ! L’atelier #MEDITA-SON 2

Partant de l’idée que les ateliers périscolaires sont des espaces-temps pour tester en commun d’autres possibles, l’atelier #MEDITA-SON propose différentes expérimentations sensibles et innovantes s’essayant à relier corps, espaces physiques et sons afin de mieux appréhender notre rapport empathique au monde et à l’écoute de ce qui nous entoure.

Il s’agit de s’initier à la méditation en pleine conscience, d’expérimenter l’ensemble de nos sens, de travailler notre écoute du monde et de découvrir la prise de son et le domaine de la radio, objet originel de l’atelier.

Emma Wehrlé et Pauline Desgrandchamp continuent ainsi leur pérégrination autour des sens et des émotions, accompagnées au deuxième semestre de Dina, Dercio, Sarha, Aya, Sina, Roumaïssa, Anis, Mouadh, Mehdi, Zeynep, Basit et Ahmed, enfants de CP et CE1 de l’école Catherine.

Merci également à Dimitri, Manon, Lucie, Marie-Élodie et Thomas de nous avoir aider ici ou là…

 

Atelier #1 C’est quoi la radio méditative ?

 

Qui dit premier atelier, dit première rencontre… Afin d’en apprendre d’avantage sur chacun des protagonistes et mieux cerner cet atelier, nous avons mis en scène dans la salle une feuille et un stylo devant chaque place. Le principe : “Dessine ce que c’est pour toi la radio” puis à partir de là, on fait un tour de table pour que chacun.e nous explique à quoi il/elle a pensé. Cela permet également de se présenter personnellement. Pourquoi je suis ici? Ce que j’aimerais découvrir par la radio… Une émotion à partager…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite, à partir de l’écoute d’un paysage sonore particulier, l’enregistrement d’un moment passé au jardin du coin, le jardin partagé de la maille Catherine, les enfants commencent à dessiner leur propre compréhension et image mentale de ce paysage sonore. Dercio comprend de suite que c’est son jardin en coeur de maille ! C’est important effectivement puisque le jardin va devenir petit à petit le fil conducteur de notre atelier…

 

 

Atelier # 2 Cultiver son jardin radiophonique…

 

À partir d’un petit exercice de méditation, Lucie propose aux enfants de fermer les yeux, de se laisser guider par sa voix puis d’imaginer dans leur tête l’histoire qu’elle va raconter : « Je vais dans un jardin, cueillir une belle fleur, son odeur est très particulière, etc »

Chacun.e est alors resté silencieux car concentré et a pris plaisir à la fin de partager quelle fleur « magique » ils avaient pu imaginer et à écouter ce que les autres avaient imaginé.

Suite à cet exercice, direction la cour d’école pour écouter les bruits ambiants et retour en salle afin de reproduire par la voix (chant, bruitage, cris, paroles…) les sons entendus. Ce jour-ci il y avait beaucoup de vent… C’est la fin de l’hiver… Un concert bruitiste et agréable s’est alors joué au sein de la salle, rythmé de sons de bouche (ou beat box en anglais) de Roumaïssa, grande spécialiste de la pratique.

 

Atelier #3 Météo des émotions…

 

Il pleuvait donc on n’est pas allé dehors finalement ! L’objectif a été de se préparer à utiliser le matériel radiophonique. Pour y parvenir, première séance de la météo des émotions. On rappelle le principe, chacun partage son humeur avec les autres… Puis, première expérience de respiration en pleine conscience, Emma ayant ramené son bol tibétain et quelques petits objets intriguants.

À partir de là, deux groupes sont formés avec pour chacun, une mission particulière : bruiter des sons d’animaux selon l’humeur qu’ils avaient partagé en amont. Certain.e.s enregistrent pendant que d’autres donnent de la voix, et inversement…

 

Atelier #4 et 5 Balade à l’aveugle au jardin du coin !

 

Ça y est il fait beau… Kismet nous informe que toutes les autorisations de sortie sont à jour, on va pouvoir aller vers notre jardin rêvé ! De notre côté, nous sommes venus en force pour mieux accompagner la sortie. Merci à Dimitri et à Manon pour leur aide…

Première expérience proposée : se diriger depuis l’école vers le jardin du coin en binôme : un aveuglé avec les yeux bandés accompagné d’un guide l’aidant à avancer. Il s’agit ici de découvrir ses autres sens que la vue pour redécouvrir un lieu du quotidien, le coeur de la maille Catherine.

Suite à l’exercice et l’entrée dans le jardin, nous laissons des enregistreurs à la portée des enfants. Deux propositions, d’un côté il s’agit de rendre compte de l’expérience de la balade à l’aveugle via deux questions types :

-1 Qu’as-tu ressenti de ton expérience à l’aveugle?

-2 Qu’est-ce-qui t’a le plus surpris?

 

 

Et de l’autre côté, il s’agit d’investiguer le lieu du jardin, découvrir ce qui y pousse mais aussi ceux qui l’habitent. Anis propose de faire du feu tandis que Dina essaye de lister tout ce qu’elle voit dans le jardin. 

 

 

Atelier #6 Les histoires d’A !

 

Pour cet atelier, on se retrouve Emma Pauline et Marie-Élodie sur la question des histoires d’amour au jardin… Cela fait plusieurs séances que certains enfants nous en parlent reliant ainsi émotions et histoires d’amoureux. Les enfants en groupe de trois ont ainsi interrogé leurs camarades et imaginé des histoires fictives inédites.  Une exemple ici par Dina, Dercio et Sina :

 

 

Atelier #7 Cartographier ses émotions…

 

Les têtes ont eu le temps et la liberté de vagabonder dans l’imaginaire pendant les vacances…
Et maintenant à quoi tu penses, à qui, quel son te viens à l’esprit quand on parle du jardin, de la piscine ou de la mer, de la maison ou de l’école ?
La réponse se trouve juste là-dessous, si tu cliques :  

 

 

Atelier #8 Allergies et repos forcé…

 

Le printemps, c’est également le moment du rhume des foins ! L’atelier a été annulé suite à l’indisponibilité de ses intervenantes… 

 

Atelier #9  À la découverte des oiseaux du coin…

 

Toute l’équipe part à la découverte des oiseaux du coin… À partir d’une balade commentée dans le quartier et d’un livre guide, en débutant par le jardin de la maille Catherine pour finir au petit bois de la maille Brigitte, quels sont les types d’oiseaux entendus, comment fait-on pour les reconnaître et est-ce qu’il y a des oiseaux particuliers à Hautepierre? Une investigation spéciale par temps de pluie !

Chacun des enfants raconte à son tour un souvenir ou une anecdote en lien avec une histoire d’oiseaux : Sina parle de la nourriture qu’il donne aux pigeons quand Mehdi décide de parler des oiseaux rares qu’il a pu notamment découvrir au zoo. En même temps, Anis explique comment on peut soigner un oiseau qui s’est cassé une aile, son papa lui ayant montré l’année dernière tandis que Sarha et Dina se mettent à mimer différents sons d’oiseaux… 

Au final, quatre oiseaux différents et communs ont été répertoriés, le pigeon, le corbeau, le moineau et le martinet noir. 

 

En écoute ici, une restitution de la balade au jardin :

 

 

Atelier #10 On leur raconte quoi aux parents ? 

 

En vue de la dernière séance qui sera l’occasion de dévoiler les mystères de l’atelier Méditason aux parents, on s’est demandé ce qu’on avait envie de leur faire entendre : « uneee chansoooon, un poèèèème ! ».
C’était la réponse à chaud. 
À froid, mais plein d’amour, ça donne ça : 

 

Atelier #11 Goûter sonore dans la cour !

 

Au programme : exercices méditatifs en collectif, partage d’expériences sonores, écoutes au casque et goûter sous le soleil de HTP. Une belle aventure d’un semestre qui se termine aujourd’hui, jeudi 23 mai!

Merci à tous les participant.e.s

 

HTP Reportage ! Boxer les préjugés

Retour en voix avec une création sonore révélant deux espaces-temps différents, une rencontre radiophonique entre Dimitri Madi, volontaire en service civique sur HTP Radio et Mme Béatrice, présidente de l’ASSJ67 au studio de Horizome, et une autre entre Audrey Hoffmann de la JEEP et Aurore Isenmann de l’association Allez les filles au CSC le Galet, nous permettant de mieux saisir comment au travers de la pratique sportive, il est surtout question de bienveillance et de pouvoir d’agir auprès des jeunes du quartier.

Ludovic Groguhe, habitant de la maille Catherine, est boxeur, vice-champion de France catégorie poids lourds légers 2009 et 2010. Désireux de partager ses connaissances, il a fondé fin de l’année dernière, l’association familiale ASSJ67, qui a notamment organisé cet hiver différents événements festifs au CSC le Galet à destination des jeunes générations.

Aurore Isenmann, spécialisée en boxe et self-défense, est monitrice au sein de l’association Allez les filles Alsace dont l’objectif est à la fois d’initier les jeunes filles à la boxe féminine mais aussi de mettre en place sur le territoire strasbourgeois différentes actions de prévention contre les violences faites aux femmes.

Au pied de ma tour #4! Nora Bellahcene

HTP Radio est allé à la rencontre de Nora Bellahcene, membre active du CA de l’association Femmes d’ici et d’ailleurs, qui depuis 22 ans intervient entre Cronenbourg et Hautepierre afin de valoriser les actions des femmes et des familles issues des quartiers populaires. Retour en podcast sur la rencontre entre Marie-Élodie Savary et Nora Bellahcene, autour du combat quotidien des femmes.

> Rencontre radiophonique avec Nora :

[Un dialogue fictif composé entre des échantillons sonores récoltés à HTP ici ou là pour représenter au mieux la générosité et l’engagement de chacune des femmes d’ici et d’ailleurs : petit-déjeuner organisé chez Table & Culture pour la journée du 8 mars 2019 de lutte pour les droits des femmes, fête des 20 ans de l’association au théâtre de Hautepierre en mai 2017 et entretien de Marie-Élodie avec Nora au CSC le Galet en octobre 2018.

  • Son âge : 49 ans
  • Son blase : jusqu’à l’adolescence on me surnommait NONO
  • Son style :  j’essaie de rester « branchée ». Avec 7 enfants âgés de 23 à 11 ans, je n’ai pas vraiment le choix ( mdr)
  • Sa spécialité : on me dit ouverte d’esprit (je peux tout entendre )
  • Sa devise :  ne jamais baisser les bras, tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir.

Parce que les femmes portent le monde, Nora avait envie de partager ce titre de Florent Pagny :

> C’est qui Femmes d’ici et d’ailleurs ?

L’association Femmes d’ici et d’ailleurs a pour objectifs de lutter contre les inégalités et toutes formes de discrimination, de tisser des liens avec et entre les personnes les plus vulnérables, les valoriser, les encourager et les soutenir, de favoriser la diversité et la bonne cohabitation des habitants, en proposant des actions de mieux vivre ensemble dans le respect, la tolérance, l’intégration, la solidarité et surtout l’humanité.

Elles organisent différents moments de partage entre femmes et enfants autour de l’éducation et la parentalité, l’organisation de la fête de l’Aïd, mais aussi différents temps communs où elles vont visiter des lieux culturels et artistiques en Alsace et ailleurs.

Prochaines sorties :

le mercredi 24 avril : après-midi en famille au coeur de la maille Catherine, organisé avec les associations AMI, Horizome, Bretz’selle et le centre sportif de Hautepierre.

le vendredi 26 avril : assemblée générale de l’association au local des associations, CSC Le Galet.

HTP (free)style ! plateau radio spécial hip-hop

Dans le cadre du live au studio spécial 4Keus Gang organisé par les Sons d’la rue avec le CSC le Galet, le collectif Horizome et Éclipse productions ont élaboré une émission spéciale en public autour du hip-hop made in HTP.

Vendredi 4 mai, de 17h à 18h30, une table ronde radiophonique entre générations afin de mieux saisir l’Art des freestyles et des Cultures urbaines.

En écoute ici, le podcast de l’émission !

 

 

Plateau radio en direct du parvis de la Maison de Hautepierre

 

Plateau 1 (00:00)

-Le HTP Gang, origines

Avec Moxxx, fondateur, Sparrow HTP et Ridfauve, membres du HTP Gang,  sur les origines de leur crew 100% Hautepierre.

 

Plateau 2  (22:15)

-Le hip-hop à Hautepierre, le clash des générations

Débat radio avec Moxxx, Sparrow du HTP Gang, Sadraque, Bonito et Meï du groupe Eclipse prod et Manro de 17 binks sur l’art des freestyles et le flow hip hop.

Plateau 3 (1:14:15)

-Le studio de Hautepierre, les sons d’la rue

Discussion avec Moxxx et Mouss des Sons d’la rue sur leur engagement respectif et un historique du hip hop dans le quartier.

 

Une émission animée et réalisée par Radio Rhino, coordonnée par Horizome avec la JEEP. Avec la complicité de Éclipse productions. Merci aux Sons d’la rue, au CSC de Hautepierre et à l’HTP Gang.

 

Préparation: Pauline Desgrandchamp, Nicolas Munch, Sadraque Pinto et Waïla Cury.
Animation : Jérémie Wojtowitz avec la complicité de Nicolas Munch.  Réalisation : Maylis Cerbeleaud et Grégoire Zabé. Coordination de plateau : Pauline Desgrandchamp avec l’aide de Fiona Bellime et Maeva Tobalagba, volontaires en service civique à Horizome et Malka Gorger, éducatrice de la JEEP.

 

HTP kids ! les animaux rares

En avril 2017, les artistes radio Jérémie Wojtowitz et Marine Angé ont accompagné un groupe d’élèves de CM2 de l’école élémentaire Catherine dans l’élaboration de mini documentaires fictifs autour de la thématique des animaux, au regard du parcours pédagogique de l’année mené par leur enseignante.

> Quelles histoires peuvent véhiculer l’image d’un animal ?  Un animal réel, inventé ou mythique : le dahu, le yéti, le mokélé mbémbé, et tant d’autres.

> D’où naissent de tels animaux, où les trouver dans le quartier, ou dans l’univers ?

En écoute sur HTP Radio, les six docu-fictions composés par les élèves de CM2 de la classe de Mme Dussotoire :

 

> Marsupapillon

> Dragomorph

> Gazours vs Pikachu

>Écureuil

> Éléphant

> Loup

 

> Ça sert à quoi l’initiation au docu-fiction?

Le documentaire radiophonique permet à l’auditeur la découverte d’un sujet via une narration sonore.  Le format et la durée varient fortement en fonction des contextes de diffusions, mais ce type de production implique à la fois de la créativité, de la recherche de terrain, ainsi qu’un temps d’écriture autour de l’oralité.

 

La notion de docu-fiction permet alors aux auteurs un travail de fond et des questionnements pointus établis objectivement qu’ils vont traduire aux auditeurs comme si ils racontaient une histoire. L’apport de la fiction devient alors primordiale pour tendre la main de l’écoutant, lui permettre de fermer les yeux et de l’accompagner à s’immerger dans un recueil fantasmé du quotidien.

 

Que nous raconte le réel ? Qu’est-ce-que la subjectivité et l’objectivité? Comment un sujet peut changer en fonction de qui le raconte et comment un documentariste peut-t- il influencer le sujet qu’il aborde par sa seule présence ? Qu’est-ce que la notion de point de vue et de manipulation sonore ? En quoi participer à l’écriture d’un docu-fiction engage une initation à l’oralité et aux manières de poser sa voix ?