Archives de catégorie : HTP Quartier

La radio qui se parle, la radio qui se vit, la radio qui forme une famille ! Retrouvez HTP Quartier, des émissions qui concerne le cadre de vie de HTP ! On y retrouve des émissions mensuelles, des interviews des talents de HTP, des déambulations et micros ouverts, permettant d’interroger la vie de quartier & notre cadre de vie quotidien en particulier mais aussi de donner des point de vue sur la société en général.

Et si HTP Radio interrogeait les cultures? Et si HTP Radio interrogeait l’urbanisme? Et si HTP Radio interrogeait le travail ? Et si HTP Radio interrogeait notre avenir?

SENSIBLES ! Mensonges et préjugés.


À l’issue de 3 mois de stage à Horizome dans le cadre de sa deuxième année de master professionnel, Julie réalise le podcast Mensonges  et  préjugés pour HTP radio. Quatre jeunes adultes en colère contre les discours caricaturaux qui fantasment leurs réalités se confient au micro – toujours attentif – de Julie.

Peu importe l’âge ou le milieu social d’appartenance, les images véhiculées par les médias mainstream font des « jeunes » une catégorie corvéable à merci. Alors qu’il est si commun de les décrire de façon condescendante, Julie décide de nager à contre-courant, pour leur donner la parole.




AU PIED DE MA TOUR#10 Derya Gulec-Kocak

Après avoir grandi à Hautepierre, Derya Gulec-Kocak, 38 ans, reprend ses études en fac de sociologie. Elle n’y trouve pas son compte, et change d’orientation pour une license 3 en communication – médias à l’université de Montpellier. De retour sur ses terres d’enfance, elle se livre à HTP radio pour évoquer son parcours, ses doutes, mais aussi son courage, sa détermination.

le lieu de l’interview, en coeur de maille, petite butte, quartier de HTP

Croyance limitante ou croyance militante ? Ce qui nous limite peut un jour devenir ce contre quoi on milite. Dans ce podcast, une ancienne habitante d’Hautepierre nous dresse un tableau de son parcours remarquable. La persévérance, la rage, sont les clés de sa force, de son indéniable capacité à agir et à se remettre en question, à croire en ses rêves.

J’avais dès cette époque le projet de m’orienter vers des études de journalisme. Cependant la vie (ou peut-être ma confiance en moi) ne m’a pas permis d’aller au-delà de mes pensées limitantes. Car malgré mon envie très forte je ne pouvais pas m’empêcher de me croire illégitime pour cette profession. Je ne connaissais ni ce milieu ni la façon d’y accéder. En effet dans mon entourage proche je ne connaissais personne de ce milieu et encore moins dans les études universitaires.

Alors le doux rêve d’intégrer un jour ce métier me paraissait difficile.

Comme tout le monde j’ai vécu des moments d’incertitudes mais j’ai réussi à garder espoir. Je m’accroche à ce projet qui va me permettre d’agir positivement et de mettre modestement, ma pierre à l’édifice, pour la construction d’un monde  meilleur.

Merci à  Monsieur Léonard, pour avoir donné son accord à ce stage et ainsi de m’avoir offert l’opportunité d’affiner mon projet professionnel.
Merci à Louis pour son accueil chaleureux, son engagement auprès des habitants et sa bienveillance.
Selon Paul Valery  « Un enseignement qui n’enseigne pas à se poser des questions est mauvais ».
A moi d’enseigner à se poser les bonnes questions. 

Derya Gulec-Kocak  /  extrait du rapport  de  stage  effectué à  HTP  radio

LA TRIBUNE DU JUMEAU! épisode 1: « si jeunesse savait, si vieillesse pouvait »

« Bonjour, je suis Lassana Djimera, je fais ce podcast une fois par mois. Celui-ci commence en avril 2022, début du printemps. Je souhaite qu’il soit le printemps de l’éclosion des idées de progrès, dans notre France chérie. J’ai choisi ce titre parce que je suis un jumeau. Je dédie cette série de podcast à toute les jumelles et tous les jumeaux du monde, afin qu’ils s’engagent partout où iels sont. »

Il n’y a que les bonnes volontés qui font le bénévolat !

Lassana Djimera

Dans ce podcast, on va parler de la jeunesse et de la vieillesse. Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait !

La musique de la chronique !

Bienvenue dans la constellation des jumeaux !

L’orage, chronique poétique. épisode 4 « et la poésie dans tout ça »

Pendant mon service civique au sein du collectif HORIZOME j’ai voulu laisser la parole aux habitants, habitantes d’un quartier populaire de la ville s’exprimer sur une thématique qui me semble intéressante, je leur laisse le choix de me raconter ce qu’iels pensent afin que je puisse mieux comprendre moi-même leur vision de la poésie et de son évolution .

GLAIVE ! Akram Hamidi « Le sport m’a sauvé »

La collaboration Glaive x HTP Radio avait été teasée. Elle est maintenant disponible ! Glaive Media et HTP Radio annoncent la signature d’une nouvelle collaboration autour de reportages sur le quartier d’Hautepierre. Glaive et HTP Radio s’enrichissent de leurs savoirs mutuels de l’image et du son pour pour partager avec le plus grand nombre une expérience unique.
Ce partenariat consiste à élargir l’offre audio-visuelle en doublant le volume de productions communes au 2 structures, en diffusant largement l’activité de Glaive Media sur Youtube puis en le publiant dans les canaux d’HTP Radio. Enfin, pour soutenir les habitants du quartier de Hautepierre, Glaive et HTP radio souhaitent plus que jamais réaffirmer leur soutien aux habitants de Hautepierre et leur volonté de rendre accessible le droit de parole au plus grand nombre.

Akram Hamidi est un kickboxeur français et Nak Muay, originaire d’Hautepierre. Il est l’actuel champion ISKA World K-1 Flyweight, WBC Muaythai International Bantamweight champion et WKN European Bantamweight champion. Il est l’ancien champion des poids coq de l’AFMT. [Source : Wikipedia]


Radio Comptoir ! Interview du collectif Horizome d’HTP sur radio RBS

On écoute dans cet entretien Zaï Mo, artiste jardinier, Mathilde Manier, designeuse graphique, Louis Moreau-Ávila, coordinateur d’HTP radio et artiste, toustes trois membres du collectif Horizome dont le but est d’orchestrer la capacitation, l’empuissancement, le renforcement, bref, de donner voix et force aux habitant.es du quartier d’Hautepierre, Strasbourg ! C’est le 16/18 de Pierre Liermann sur RBS, où on parle des multiples actions et modes de fonctionnement du collectif. Un grand merci à Pierre pour la conduite de l’entretien et l’invitation. Un big up à Khalil de La Ruche, studio d’enregistrement d’Horizome, qui n’a pas pu se joindre à l’interview.

https://www.horizome.org/

https://www.instagram.com/hiphopfromelsass/

https://www.instagram.com/pierrefromrbs/

le choix musical de Mathilde Manier #rapfémininoféministe

HTP explore ! chapitre 2 : des écologies populaires / Jardiner, c’est résister…

Dimanche 3 octobre, le collectif Horizome organisait avec la Cie Théâtre-Forum Arc En Ciel, une agora publique autour des initiatives jardinières de Hautepierre, dans le cadre des Journées de l’architecture 2021. HTP radio était présent pour garder trace de ce moment de partage, de respect et de renforcement entre jardiniers, jardinières, élu et technicienne de la collectivité.

À l’écoute, le chapitre 2 autour des pratiques d’écologie populaire :

« Jardiner au pied de son immeuble », Camille Landru

> Pourquoi « jardiner, c’est résister » ?

« Jardiner modifie notre rapport au temps, on se trouve au plus proche des saisons qui rythment la vie de la nature.  » On est là, dans une vision ou rien n’est programmé, on change s’il faut changer. Jardiner c’est accompagner le temps, c’est ne pas s’y heurter. « (entretien de Gilles Clément) 

Comme l’a ainsi montré la sociologue Laurence Granchamp après deux années passées à nos côtés, les jardins de Hautepierre sont des lieux de vie à ciel ouvert et accessible à tous les habitants, de ce fait ils offrent la possibilité de s’investir au sein d’un groupe tout en devenant acteur de sa propre consommation alimentaire.

C’est aussi de cette manière qu’ils permettent de transformer l’espace public résidentiel en terrain fertile, que ce soit concrètement au travers des plantations ou philosophiquement, en tant qu’inspiration d’une société plus juste et plus équitable, prenant ainsi en considération les pouvoirs d’action dans un quartier populaire…

Néanmoins, il est utile de rappeler ici que Hautepierre en tant que « Quartier Prioritaire de la Ville » (QPV), dénominatif institutionnalisé, est également depuis 2021, ce que l’État nomme « Quartier de Reconquête Républicaine » (QRR), où usages sécuritaires et contrôle du quartier vont de pair avec rénovation urbaine et participation habitante. La vie des jardins de Hautepierre en est un exemple concret. Comme ont pu le montrer Vincent Lebrou, chercheur en sciences politiques et Romane Joly, doctorante en sociologie dans le cadre d’une enquête ethnographique menée à Hautepierre entre 2016 et 2019 qui :

« met en lumière le caractère disciplinaire conféré aux jardins partagés lorsqu’ils se rattachent à la politique de la ville et s’articulent à un projet de rénovation urbaine. Notre article montre ainsi que ces espaces participent […] au gouvernement des conduites des habitants en œuvrant sur trois niveaux principaux.

-Spatial d’abord, lorsque la végétalisation et l’ordonnancement du quartier sont mis au service de la tranquillité publique.

-Ensuite, en dédiant certains espaces au jardinage, il s’agit de définir des comportements qui y sont autorisés et de reléguer les populations jugées « déviantes » qui ne s’y conformeraient pas.

-Enfin, l’exhortation municipale, sous peine de sanction, à formaliser l’action collective des jardiniers, ici en se constituant en association, participe à imposer des comportements dont la dissonance avec les ressources dont disposent certains habitants menace d’exclusion les plus démunis et les moins acquis au projet. »

Pour aller plus loin et lire leur analyse : Romane Joly et Vincent Lebrou, « Des jardins pour maintenir l’ordre ? Enquête ethnographique dans un quartier populaire strasbourgeois », Carnets de géographes [En ligne], 15 | 2021, mis en ligne le 30 avril 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cdg/7610

HTP explore ! chapitre 1 : La portée politique du jardinage / Jardiner, c’est résister…

Dimanche 3 octobre, le collectif Horizome organisait avec la Cie Théâtre-Forum Arc En Ciel, une agora publique autour des initiatives jardinières de Hautepierre, dans le cadre des Journées de l’architecture 2021. HTP radio était présent pour garder trace de ce moment de partage, de respect et de renforcement entre jardiniers, jardinières, élu et technicienne de la collectivité.

« Théâtre-forum et thé à la menthe », Camille Landru

Laissez-vous transporter à la maille Catherine, au pied de l’immeuble d’Aziz et de Marie-Claire et découvrez au fil de ce premier chapitre, ce qu’on nomme « la portée politique du jardinage » :

Agora publique « Jardiner, c’est résister », Camille Landru

Merci à Aziz et à Marie-Claire pour leur accueil et pour la visite de leur jardin respectif,

Merci à Julien, Chantal, Zaïmo, Geneviève, Joséphine, Emma, Benjamin, Ali, Brahim, Laurence, François, Mehdi et Nicolas pour leur participation au débat,

Merci à Marine pour la voix off, à Camille pour les illustrations et à Pauline pour la réalisation du podcast

> C’est quoi le thé âtre à la menthe ?

À la fois repère et refuge, le thé âtre à la menthe est un dispositif artistique qui interroge la place de l’informel dans la ville. Il a été conçu par la designer Sophie Chialva et l’artiste jardinier Zaïmo.

C’est à la fois un salon de thé à ciel ouvert, une agora in situ déliant les paroles et en même temps une performance artistique retranscrite spécialement ici pour les Journées de l’architecture 2021, par le dessin et la radio…

> Pourquoi « jardiner, c’est résister » ?

«  Quand on jardine, on est dans ce que j’appelle un territoire mental d’espérances. C’est un espace-temps particulier parce qu’on est sans arrêt sur le futur. Quand on plante une graine c’est pour demain ». Le jardinier ne serait donc pas un nostalgique. Il serait plutôt affublé d’un projet riche en surprises et soumis aux imprévus.  » (entretien de Gilles Clément)

Effectivement en ce qui nous concerne, l’impact des jardins à Hautepierre permettent de renverser les regards en montrant comment les pratiques dites populaires, d’appropriation de l’espace urbain ( voir la ville vue d’en bas, travail et production de l’espace populaire, collectif Rosa Bonheur, 2019) sont avant tout de réelles expertises sur lesquelles les élu·e·s, les architectes et les concepteur·ice·s urbain·e·s doivent s’appuyer pour avancer vers une réelle transition écologique car sociale de la fabrique de la ville.

HTP Reportage ! Futur.es maire.sses de Strasbourg/ En bas de ma fenêtre

« Se retrouver pour casser l’isolement que nous imposent les difficultés de la vie, le travail »

LASSANA DJIMERA, HABITANT D’HAUTEPIERRE, MEMBRE DE LA CONFÉDÉRATION NATIONALE DU LOGEMENT

« On a commencé par (lutter pour) une rénovation urbaine où ne sommes pas pris pour des délinquants »

GENEVIÈVE MANKA, MEMBRE DE LA CONFÉDÉRATION NATIONALE DU LOGEMENT

« Et maintenant, ils nous coincent tous ensemble, dans… rien ! »

AYMEN HAMIDI, HABITANT D’HAUTEPIERRE

Les habitantes et habitants d’Hautepierre savent ce qu’ils et elles veulent. D’abord il y a Geneviève, fondatrice de l’antenne locale de la confédération nationale du logement (CNL), qui bataille pour, on cite : « l’amitié, le bien-être, contre une rénovation urbaine pour tous et pas de l’argent pour les riches toujours plus riches et les pauvres toujours plus pauvres ». Il y a Lassana, membre de la CNL, qui se voit comme un membre d’une « association d’assistantes sociales sans salaire ». Il y a Lucienne, perchée depuis 40 ans dans son « septième étage, tranquille ». Enfin, il y a Aymen, dont la parole et la sagesse ne nous laissent pas indifférents. C’est ça, l’expertise habitante. On parle dans ce podcast du rêve d’une Hautepierre idéale. Des réalités de l’Hautepierre concrète. Car, au juste, que se passe-t-il en bas de ma fenêtre ?


« Ils nous ont fait le quartier pour que eux ils kiffent »


Des sons, des musiques, des travaux, qui ont enrichi le podcast :


la chanson préférée de Geneviève

le fil rouge de notre podcast : mais que se passe-t-il en bas de ma fenêtre ?

la chanson préférée de Lassana

un son old school de qualité proposé par Aymen pour décrire sa vision d’Hautepierre

HTP sample ! Once upon a time… in Hautepierre

Dans le cadre des 50 ans de Hautepierre, HTP Radio a rencontré Joséphine, habitante du quartier depuis plus de 40 ans. Enregistré sur le parvis du CSC Le Galet dans la maille Catherine, plongez-vous dans l’ambiance du quartier et écoutez le récit de Joséphine qui retrace l’histoire de son lieu d’habitation, de ses débuts à aujourd’hui !

Un docu-fiction signé Marie-Élodie Savary.

Grâce à un jeu de ping-pong anachronique permis par la magie du montage, vous entendrez des voix d’antan répondre et participer à la narration de l’histoire de Hautepierre. Parmi elles : Pierre Vivien qui était l’architecte chargé de la construction du quartier, un éducateur de la cité de 1977 mais aussi un homme politique français bien connu…

> Sources utilisées : 

-Entretien avec Joséphine Hassouna, Marie-Elodie Savary, 20 août 2021.

-Reportage, Présentation et visite de la ZUP, Alsace actualités, 22.05.1970. https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/sxf01005140/presentation-et-visite-de-la-zup-de-hautepierre 

-Reportage, La fête à Hautepierre, Façon de vivre, 1997. https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/sxc01000630/la-fete-a-hautepierre 

-Journal télévisé, 20 heures le journal : émission du 23 Octobre 2002. https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/2136014001/20-heures-le-journal-emission-du-23-octobre-2002

Titre musical, Keny Arkana, Nettoyage au Kärscher, Entre ciment et belle étoile, 2006.  https://www.youtube.com/watch?v=8cmM8VC_FPc

Les oiseaux du quartier par le pouvoir du chat