Archives de catégorie : On était là

HTP reportage ! L’association Coup d’pouce

En juin dernier, Maryame Tinani, Louis Moreau-Avila, volontaires en service civique au sein de HTP radio, ainsi que Mathieu Klein, stagiaire éco-conseiller au sein du collectif Horizome sont parti à la rencontre de Majdelaine, Linda et Maxime, membres fondateurs de l’association Coup d’pouce qui vient d’ouvrir depuis peu une épicerie sociale et solidaire maille Brigitte.

Pour mieux saisir en quoi consiste leur projet, place à la discussion en toute convivialité :

Retrouvez Coup d’pouce au 55 rue Gioberti, 67200 STRASBOURG !

> C’est quoi une épicerie sociale et solidaire ?

Face à la diversité des situations de personnes concernées par la précarité alimentaire en France, de nombreux dispositifs institutionnalisés d’aide alimentaire se sont développés. Parmi eux, les épiceries sociales et solidaires se sont structurées autours d’un principe : proposer en libre-service des denrées contre une participation financière proportionnelle à la valeur des produits. Les personnes qui y sont accueillies ont ainsi un statut de consommateur autonomisé, c’est-à-dire qu’il a le choix du produit.

En tant que dispositif de lutte contre la précarité alimentaire, les épiceries sociales intègrent des enjeux importants : respect du principe de dignité des personnes, développement du pouvoir d’agir, offre alimentaire de qualité…

La charte nationale des épiceries sociales et solidaires permet d’identifier des structures qui se retrouvent dans un socle commun de critères ambitieux. Elle met en avant le libre choix des produits, la participation financière de la personne et l’enjeu de non-stigmatisation. Elle précise également que l’accès à l’épicerie est limité dans le temps et renouvelable, et que les conditions d’inscriptions sont transparentes et librement définies par la structure. Un accueil personnalisé et des temps collectifs sont proposés par des personnes formées à cet effet.

Cette charte repose sur un principe d’adhésion volontaire. Elle est réservée aux CCAS et CIAS, et aux structures habilitées à recevoir des financements au titre de l’aide alimentaire. Sa durée de validité est de 3 ans à partir de sa date de signature par le représentant légal de l’épicerie. Comme il est précisé dans son préambule, la définition ne saurait exclure toute initiative complémentaire, tant que cela ne dénature pas la charte.

> Pour vous rendre au local de coup d’pouce :

Direction maille Brigitte, au 55 rue Gioberti, 67200 STRASBOURG !

Ou appelez le 09 86 16 15 71

Radio comptoir ! Madeleine voit la vie en clash

Le 12 juin 2021, HTP Radio était présent à l’atelier de quartier de la Krutenau afin de tester un nouvel outil radiophonique : le ping pong débat !

Le principe : Une table de ping pong territorialisée de thématiques d’usages de la place Sainte Madeleine et un jeu d’échanges de services provoquant un battle au sein de l’espace public.

Retour avec ce montage sonore, mettant en avant la place des jeunes et des sports de loisir, avec l’association des habitants de la Krutenau (AHBAK) et le Centre socio-culturel CARDEK.

Une création sonore de Pauline Desgrandchamp dans le cadre de la réalisation du diagnostic territorial partagé de la place Sainte-Madeleine (janvier-juin 2021, collectif Horizome).

Le 12 juin, dans le cadre des Ateliers citoyens organisés par la direction de proximité et la mission démocratie citoyenne, un débat ping-pong a été organisé sur place avec les acteur·rice·s associatif·ve·s, usager·e·s et élu·e·s, afin de revenir sur les points d’impact thématisés après l’analyse des divers entretiens individuels, micro-trottoirs, questionnaires et explorations sensibles. Un exemple illustré en sons ici avec la place des jeunes et les sports de loisir…

> C’est quoi la place des jeunes et des sports de loisir ?

La place Sainte-Madeleine est caractérisée par sa forte utilisation des jeunes usagers et usagères : écolier·e·s, collégien·ne·s, lycéen·ne·s… Ce sont les premiers à s’approprier cet espace public et en même temps, ils sont peu visibles dans les débats citoyens ou les ateliers de quartier.

Comme l’explique notamment Manuel Santiago, directeur du Cardek, il est nécessaire et primordial de laisser la place à ces usages et de faciliter l’appropriation habitante de la place Sainte Madeleine mais pour cela, il faut réussir à leur donner la parole…

C’est alors par la ruse de la narration radiophonique qu’on le prend aux mots, en composant un montage sonore qui redessine les contours des vies quotidiennes de la place Sainte Madeleine par les retours de ses plus proches usagers.

> Sources :

-ambiance sonore de la place Sainte-Madeleine, 12 juin 2021, 17h30, Pauline Desgrandchamp

-ping pong débat 12 juin 2021, AHBAK vs CARDEK, animation HORIZOME, Pauline Desgrandchamp

-échantillons issus de micro-trottoirs organisés dans le cadre des permanences artistiques menées par HORIZOME de février à juin 2021, place Sainte-Madeleine, devant le lycée Geiler et place des Orphelins, Marie-Élodie Savary, Camille Landru, Zaimo, Louis Moreau-Avila et Henintsoa Raveloson.

> « Madeleine voit la vie en vert – saison 2 »

Depuis janvier 2021, le collectif Horizome est missionné par la Direction de proximité de l’Esplanade-Krutenau-Bourse et son élue Aurélie Kosman, afin d’imaginer la suite du processus de végétalisation participative du périmètre SAINTE-MADELEINE. Pour y parvenir, il y déploie un processus participatif nommé méthodologie TRI_CO pour définir trois phases dans la temporalité d’un projet participatif : la co-compréhension, la co-conception et enfin la co-construction

Entre février et mai, une quarantaine d’entretiens ont été organisés avec l’ensemble des acteurs locaux et partenaires de la démarche, ainsi qu’une quinzaine de permanences artistiques in situ, permettant de récolter les témoignages des usager·e·s du périmètre SAINTE-MADELEINE.

Pour y parvenir, le collectif Horizome a proposé :

Des micros-trottoirs avec les usager·e·s et les commerçant·e·s,

Des entretiens individuels avec les acteur·rice·s associatif·ve·s et les directrices des écoles,

Des questionnaires avec les parents d’élèves des écoles Pasteur et Sainte-Madeleine,

Une balade sensorielle avec les enfants de la moyenne section du periscolaire Sainte madeleine et Pasteur.

Un débat ping pong et une restitution finale du diagnostic sous formes de cartographies sensibles.

HTP Reportage ! Rencontre avec une mère militante, Fatima Ouassak

Retour sur la venue de Fatima Ouassak, militante et mère engagée, à Hautepierre dans le cadre du Femfest 2020, un festival strasbourgeois qui tente de démocratiser la pensée féministe, avec ce podcast spécialement conçu pour HTP radio, signé manù :

> Une organisation horizontale entre femmes engagées

Un matin d’octobre, le café monte et ma coloc’ passe par la cuisine : « avec Femfest*, on accueille Fatima Ouassak à la Librairie Kléber le 14 octobre ! Puis elle viendra aussi prendre le dîner à l’asso du quartier gare Naadi Chaabi la veille. »

Qu’est-ce qu’elle dirait d’un petit-dej’ avec les femmes et mères d’Hautepierre ? On appelle Saadia, la présidente de Femmes d’ici et d’ailleurs dans la foulée. L’organisation est bouclée en quelques instants.

Et c’est comme ça que je me retrouve le mercredi 14 octobre chez « Tables et Cultures », un croissant dans une main, l’enregistreur dans l’autre, entourée d’une trentaines de femmes et de quelques hommes, venu·e·s pour l’occasion.


Le restaurant et traiteur associatif se trouve juste à côté du Auchan et de la place du marché de Hautepierre. Il a été créé il y a quelques années par trois femmes qui ouvrent régulièrement leur porte aux rencontres organisées par Femmes d’ici et D’ailleurs, une association d’entraide qui vise les femmes de toutes origines et tous âges.

> Qui est Fatima Ouassak ?

Fatima Ouassak vient notamment y présenter son livre « La puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire ». Politologue, écrivaine, fondatrice du Fronts des mères, militante, maman… Elle se présente aussi comme femme arabe, musulmane, vivant dans un quartier populaire et issue de l’immigration post-coloniale. Au cours de la discussion, on comprend que ses différentes identités sont autant de raisons d’être discriminée, maltraitée. C’est en partant de ses situations concrètes d’oppression qu’elle nous raconte comment elle lutte. Certainement pas seule… Elle nous parle du Front de mères, le premier syndicat de parents en France. C’est en 2016 qu’elle a participé à le créer en réponse aux discriminations et violences institutionnelles diverses qui touchent les enfants.


Ses mots mêlent l’organisation collective contre ces injustices à la volonté de défendre et transmettre des langues, des mémoires et des héritages culturels communs au sein des classes et quartiers populaires.

Pour aller plus loin, vous pouvez commander son livre ici

> Et le Femfest, c’est quoi?

* Le festival Femfest est un projet né d’initiatives étudiantes et d’associations locales à Strasbourg en 2018. Il vise à démocratiser les théories féministes et à montrer la pluralité et la complexité des perspectives féministes.


L’association organise régulièrement des temps de rencontres et de discussions avec des femmes et collectifs traitant ses sujets (Lallab, Zin pour la Femme, …) ou encore des projections/débats autour des même thèmes.

Pour aller plus loin, vous pouvez les suivre via leur page facebook

> Sources utilisées :

-enregistrement de la rencontre et discussion avec Fatima Ouassak et Femmes d’ici et d’ailleurs chez Table et Culture, manue.

-Bande Organisée, REMIX VERSION FÉMININE, 2020

Radio Comptoir ! Faire danser la terre

Les résidents de l’Odylus, lieu social et artistique temporaire basé dans l’ancienne clinique Sainte-Odile à Neudorf en correspondance par téléphone avec l’artiste Cynthia Montier donnent forme à une playlist de confinement que HTP Radio propose de relayer via la radio comptoir.

Une manière particulière d’amorcer la rencontre puisque Cynthia devait débuter sa résidence le 1er avril au sein du lieu. Afin de s’adapter à la situation, elle propose, depuis quelques semaines, différentes formes de conversations à distance : échanges de SMS et de MMS, entretiens téléphoniques, affichage public ou inscriptions dans la ville, banderoles ou lettres déposées au pied des chambres…

Dans le cadre de sa résidence artistique à l’Odylus, elle s’intéresse également à l’outil radio comme une prise de contact et un mode d’interaction pour se transmettre différentes postures spirituelles. On peut citer par exemple la force, le courage, la tenacité ou l’espoir, des thématiques spécifique de la cartomancie qu’elle interroge de manière ouverte et fortuite via sa résidence.

C’est ainsi qu’ici vous trouverez un premier jet radiophonique de relation par le partage de sons pour faire danser la terre. Belle écoute !

> Playlist Faire danser la terre :

1- MC Hammer – U Can’t Touch This
2- Snap! – The Power
3- Public Enemy – Fight The Power
4- Ninho – Malcolm
5- Baloji – Peau de Chagrin / Bleu de Nuit
6- Eartheater – Inclined
7- Lindsey Stirling – Crystallize
8- 4Hero – Golden Age of Life
9- Ursula Rucker – Tron
10- Opus III – It’s A Fine Day
11- Stereolbad – Lo Boob Oscillator
12- Telex – Victime De La Société #2
13- Lou Bega – Mambo No. 5
14- Hot Chocolate – You Sexy Thing
15- Nina Simone – Feeling Good
16- Princess Nokia – Balenciaga
17- Ayana Kamura – Pookie
18- Technotronic – Pump Up The Jam
19- Donna Summer – I Feel Love
20- Anita Ward – Ring My Bell
21- Indeep – Last Night A DJ Saved My Life
22- Nancy Sinatra – These Boots Are Made For Walkin’
23- Elli Medeiros – Toi Mon Toi
24- GALA – Freed from desire
25- France Gall – Résiste
26- Tina Turner – We Don’t Need Another Hero
27- Nina Simone – Ain’t Got No, I Got Life
28- Beyoncé – ***Flawless ft. Chimamanda Ngozi Adichie
29- Yasmine Hamdan – Hal
30- Altin Gün – On
31- Saâda Bonaire – You Could Be More As You Are
32- Francis Bebey – Bissau
33 -Teru Edel Zeneb – Temeker
34- Maya – Lait de Coco
35- Bella Ciao

HTP style ! La radio du collège Érasme et du Lycée Rudloff

Depuis septembre 2019, une vingtaine de collégiens et une trentaine d’élèves en seconde élaborent chacun de leur côté des manières sonores de se rencontrer,

-portrait sonore de chacun des participants, envoyé par email aux autres…
-questions-réponses entre chacune des parties pour mieux cerner le rapport entre la troisième et la seconde…
-vote collectif pour décerner des prix à partir des portraits sonores, celui de l’originalité et celui du travail de montage.

Retour avec ce podcast, trace de la première émission radio qu’ils ont organisés le 17 octobre 2019 au collège Érasme :

une après-midi avec une cinquantaine de collégiens du  College Erasme  et lycéens de  Lycée Marcel Rudloff qui se rencontraient pour la première fois au travers d’un plateau radio entre jeunes,

Une expérience test-erreur de l’outil radiophonique, qui nous a tous permis de vivre la condition de direct et mieux comprendre comment ça fonctionne…

La suite le 9 avril 2020, avec un nouveau plateau en direct du lycée Marcel Rudloff, le temps pour les équipes de s’initier à la création de fictions, à la réalisation de micro-trottoirs et d’interviews et à l’écriture journalistique avec Ophélie Gobinet, journaliste à Rue89 Strasbourg pour construire le conducteur de cette future émission,

bref, on a hâte !

Préparation du plateau :

Les élèves de la 3ème C et de la seconde générale 1G6 avec l’aide d’Anne Diener, Sylvaine Louis, Pauline Desgrandchamp, Grégoire Zabé, Audrey Hoffmann, Kévin Béclié et Estelle Mauranne dans le cadre d’un accompagnement éducatif – soutenu par le CLEMI.

HTP Reportage ! Le concours talents urbains

Vendredi 29 novembre 2019, le Studio du CSC Le Galet s’est transformé en café-théâtre dans le cadre de la soirée « Talents urbains » organisée par l’association ASSJ67.

Un événement en deux temps avec en première partie la finale des jeunes talents pré-sélectionnés puis un spectacle d’humour de Ziimondo et Charly Nyobé, membres du jury professionnel de ce même concours.

Mikaïl Baba et Abdou Ndiaye étaient présents caméra au poing et micro-enregistreur afin de recueillir à chaud les impressions des participants.

Le premier reportage vidéo de HTP Radio !

Le principe : restituer le premier concours de l’incroyable talent de Hautepierre, 3 gagnants au total, 3 prix différents, une manière originale de valoriser les talents multiples locaux.

Big up à Elhadj, danseur et grand vainqueur de la soirée !

Images : Mikaïl Baba
Prise de sons : Abdou Ndiaye
Montage : Abdou Ndiaye, pour suivre leur page youtube, c’est ici !

HTP sur les trottoirs ! Les 50 ans du quartier

Cette année, il paraîtrait que le quartier va fêter ses cinquante années de vie… Wouah 1/2 de siècle, c’est impressionnant… Les partenaires associatifs du quartier avec l’aide de la direction de proximité de Hautepierre, sont donc en train de penser à l’organisation d’un événement spécial. Pour mieux organiser un format qui ressemble aux envies habitantes, HTP Radio est allée dans la rue proposer un micro-trottoir spécial « Et si c’était à nous de l’organiser, qu’est-ce-qu’on ferait? »

Les premières réponses sont disponibles à l’écoute via ce podcast :

Au final, pour l’instant les envies proposées parient sur une grande fête pour allier tout le quartier, à la plaine des jeux ou sur une place, avant les périodes estivales de vacances ou avant l’hiver, avec une déambulation par mailles pour aller chercher ou récupérer les fêtards de HTP ! De la musique et de la cuisine, de la solidarité et l’envie de se rassembler… Et des manières de valoriser les richesses et les caractères multiple de Hautepierre…

Et vous, alors? Une idée spécifique, une envie particulière? Envoyez-nous vos idées par mail à hello@htpradio.org

> Les 50 ans en 50 heures !

C’est le CSC Le Galet qui coordonne la préparation de l’anniversaire des 50 ans. Pour l’instant, l’idée première est de proposer un week-end spécial afin de fêter les cinquante années de vie de Hautepierre en cinquante heures de festivité : ateliers artistiques, cuisine collective et musiques vont rythmer les journées et les soirées !

Vous voulez participer à la programmation des festivités ou alors venir donner un coup de main durant l’anniversaire? Contactez-nous par mail à hello@htpradio.org

HTP Reportage ! Boxer les préjugés

Retour en voix avec une création sonore révélant deux espaces-temps différents, une rencontre radiophonique entre Dimitri Madi, volontaire en service civique sur HTP Radio et Mme Béatrice, présidente de l’ASSJ67 au studio de Horizome, et une autre entre Audrey Hoffmann de la JEEP et Aurore Isenmann de l’association Allez les filles au CSC le Galet, nous permettant de mieux saisir comment au travers de la pratique sportive, il est surtout question de bienveillance et de pouvoir d’agir auprès des jeunes du quartier.

Ludovic Groguhe, habitant de la maille Catherine, est boxeur, vice-champion de France catégorie poids lourds légers 2009 et 2010. Désireux de partager ses connaissances, il a fondé fin de l’année dernière, l’association familiale ASSJ67, qui a notamment organisé cet hiver différents événements festifs au CSC le Galet à destination des jeunes générations.

Aurore Isenmann, spécialisée en boxe et self-défense, est monitrice au sein de l’association Allez les filles Alsace dont l’objectif est à la fois d’initier les jeunes filles à la boxe féminine mais aussi de mettre en place sur le territoire strasbourgeois différentes actions de prévention contre les violences faites aux femmes.

Radio Comptoir ! Le forum du labo citoyen à Koenigshoffen

Après le format Radio Caddie permettant à HTP Radio d’investiguer d’autres territoires populaires de Strasbourg, voici une nouveau format radiophonique élaboré par le labo citoyen, celui de la Radio Comptoir ! Le principe est simple : on pose les micros sur le comptoir, les coudes sur le zinc, on mange, on boit, on discute, on refait le monde…

 

Première expérience autour du forum #3 du labo citoyen spécial Koenigshoffen au bar le poilu avec quatre podcasts thématisés, qui tentent à la fois de dessiner des portraits du quartier mais aussi de co-construire un diagnostic territorial partagé entre citoyens et citoyennes !

 

> Une expérimentation de l’outil radiophonique comme un procédé de co-création d’un diagnostic territorial partagé.

 

#1 Contexte local et historique du quartier (5 min) :

Il s’agit de revenir à la fois sur l’histoire du poilu, bar mythique de Koenigshoffen, tout en dressant une premier portrait de ce quartier ouest en pleine mutation du fait de l’arrivée du tramway prochainement.

 

#2 Débat citoyen autour de l’éducation dans le quartier (12 min) :

Trois écoles se partagent les bambins du quartier… Mauvaise ou bonne gentrification, les mots sont posés !

 

#3 Pour des lieux qui rassemblent  (15 min) :

Partant du constat qu’il n’y a pas de marché à Koenigshoffen (même si chaque vendredi, on retrouve devant le csc Camille Clauss deux étales), où se trouvent les lieux de rassemblement dans le quartier? Le poilu? L’association Parenchantement? le parc Grüber ? le square Appert?

 

#4 La vie de quartier, place au micro comptoir (28 min) :

Discussion autour des élus de quartier, puis retour sur des histoires et des vécus personnels marquant les points de vue sur la vie du quartier.

 

> Au final, c’est quoi le labo citoyen?

Sorte de regroupement populaire questionnant le Strasbourg d’aujourd’hui afin de proposer au fur et à mesure des expériences communes, des pistes concrètes d’avancement du Strasbourg de demain, le labo citoyen est avant tout à saisir comme une initiative indépendante et citoyenne, levier positif et acteur en devenir du débat public.

 

Le principe :

 

1- Créer un forum ouvert au plus grand nombre sous la simple condition du respect de notre manifeste.

2- Ce forum réceptionne, regroupe, identifie des sujets et des problématiques du quotidien des usagers de la ville.

3 – Une fois le sujet identifié, nous activons un groupe de travail dédié à l’analyse et la résolution du sujet : Le Labo !

4- Chaque labo est constitué des membres volontaires du forum et fait appel à son réseau, à des experts et ses compétences internes pour porter le suivi du sujet.

5- Une fois qu’une proposition est aboutie, le forum la porte auprès des financeurs, politiques, partenaires, médias pour la concrétiser.

 

 

Ça vous tente de rejoindre le crew? C’est par ici !

 

Un grand merci à Mehmet, le propriétaire du poilu de nous avoir ouvert ses portes, à Karim, Rachid, Marcel et Benjamin pour la vive discussion qui a suivi ! Reclaim the street…

 

Une investigation proposée par le laboratoire citoyen « Droit à la ville », Yann Coiffier, Guillaume Libsig et Pauline Desgrandchamp. Une production signée HTP Radio !

 

HTP Reportage ! mon quartier réenchanté

Les 12 et 13 octobre 2018, c’était encore l’été indien ! La compagnie 12:21, sous l’impulsion de sa directrice artistique Fatou Ba, a proposé en partenariat avec l’association AMI, d’investir le coeur de maille Éléonore en grand théâtre à ciel ouvert. HTP Radio était sur place pour garder trace de ce moment de rencontre et de partage convivial.

 

En écoute ici, un reportage déambulatoire, signé Dimitri Madi, à la rencontre des différentes animations proposées avec les partenaires locaux, l’association AMI, Femmes d’ici et d’ailleurs, Femmes actives, le CSC Le Galet, les Percussions de Strasbourg, Horizome et les élèves du collège Truffaut et Érasme.

 

 

Et là, l’enregistrement du spectacle « L’Anahata », oeuvre originale de la compagnie 12:21  en collaboration avec le CIR et le CADA du Foyer Notre Dame :

 

 

spectacle « L’Anahata », 13 octobre

 

> C’est qui la compagnie 12:21?

La compagnie 12:21 a été créée en 2014 par Fatou Ba, en tant que structure de théâtre inclusive. Elle oriente principalement ses recherches autour des questions de transmission, d’identités, d’appartenances, d’histoires et de cultures. Son projet est né de rencontres plurielles : avec des artistes ayant une expérience en milieu scolaire ou dans des institutions spécialisées, et des travailleurs sociaux, des chercheurs, des professionnels du monde médical et des enseignants. Le conte occupe une place privilégiée, car il éduque tout en divertissant et il est par ses origines, populaire et accessible à tous.

 

Depuis maintenant trois ans, la compagnie 12.21 travaille en résidence dans le quartier de Hautepierre en offrant aux habitants une pratique à la culture inclusive et en les impliquant dans le processus de création de leurs spectacles. La compagnie réalise ainsi ses actions de manière collaborative à destinations de publics divers (réfugiés, collégiens, mineurs non accompagnés,…).