Archives de l’auteur : htp_redac

HTP Kids ! l’atelier #ANIMA-SON

Retour en image par image sur le travail mené par 11 enfants de l’école Karine en atelier périscolaire autour de la confection d’un mini-film, s’initiant à la fois à la technique dite du stop-motion et celle du bruitage audio. Mehmet, Yassine, Yves, Oissila, Chédine, Marwa, Marie, Arman, Joshua, Abdel Maleck et Calista vous proposent l’histoire de la « Malédiction noire » en avant première sur HTP Radio.

> ÉPISODE 1, “Une princesse maudite” par Chédine et Marwa

Scène 1 (un plan large du groupe)

La Team Karine arrive dans le château de la princesse Chédine à l’heure du thé. Un incroyable goûter commence, c’est la teuf au château…

Bruitages : enregistrement de la sonnerie de l’école + utilisation d’un premier son angoissant récupéré sur internet, pour représenter la fête : un enregistrement de la fête des voisins maille Karine datant de 2013. Le tout sous le doublage de chacun des protagonistes.

Scène 2 (plan rapproché de Chémare & Marwa)

La princesse Chédine veut discuter mais Marwa lui a dit que son thé avait un goût de chaussette sale. Chédine s’énerve alors d’un coup, d’un seul, et se transforme en Chémare, une sorcière méchante et moche. Le beau château s’effondre et devient un manoir hideux et hanté.

Bruitages : hurlement accentué avec un effet de réverbération, en fond un bruit de bouilloire électrique,  utilisation d’un enregistrement d’une croqueuse issue de la rénovation urbaine. Le tout sous le doublage de chacun des protagonistes.

Scène 3 (plan de Marwa toute seule qui envoie le sms et arrivée d’Ebila)

Marwa envoie un sms discrétos à sa pote Ebila, une femme à barbe incroyablement dégourdie. Ebila débarque comme par magie et sauve La Team Karine.

Bruitage: sonnerie sms Iphone, bruitage de combat, jeux avec des « tapes » sur la cage thoracique, le tout sous le doublage de chacun des protagonistes. Big up à Arman pour le final !

> ÉPISODE 2, « L’armée des monstres » par Mehmet, Joshua et Arman

Scène 1 (plan large de Chémare, Mehmet et Joshua)

Chémare, la sorcière assume sa nouvelle vie… Elle prépare une potion diabolique à base de ice tea et d’oasis pour empoisonner deux petits garçons et les transformer en vampires. Ainsi naquirent Jo le vampire et Mé le vampire.

Bruitage: utilisation d’un deuxième son angoissant récupéré sur internet + enregistrement dans la salle des maîtres de la photocopieuse,  le tout sous le doublage de chacun des protagonistes.

Scène 2 (plan resserré sur Chédine et Arman)

Jo et Mé espionnent Chémare pendant la préparation d’une deuxième potion qu’elle avait l’intention de faire boire à Robby Potter, un enfant qu’elle avait trouvé dans la forêt. La potion le changea en sorcier.

Jo et Mé comprirent que Chémare voulait créer une armée de supers méchants fortiches.

Bruitage: enregistrement de la salle de l’atelier, le tout sous le doublage de chacun des protagonistes.

> EPISODE 3, “Un terrible accouchement” par Oissila et Calista

Scène 1 (plan large sur Chédine et Marie)

Chémare se prélasse dans son manoir hanté, son affreux chat sur les genoux. Quand soudain, sa copine Fantomina débarque en catastrophe en demandant de l’aide car elle est effectivement sur le point d’accoucher.

Bruitage: utilisation d’un son de bulles dans l’eau récupéré sur internet, enregistrement de la salle de l’atelier, le tout sous le doublage de chacun des protagonistes. 

Scène 2 (plan large sur Chédine et Oissila)

 La sorcière prend sa potion de sage-femme et aide Fantomina à donner naissance à…. deux bébés fantômes complètement cinglés, Galipettes et Galipus, qui se mettent à tout casser dans la baraque! Autant dire que Chémare est vénère. 

Bruitage: enregistrement de la salle de l’atelier, le tout sous le doublage de chacun des protagonistes. 

Scène 3 (plan resserré sur Calista, Yassine et Yves)

La sorcière appelle à la rescousse Jo le vampire, qui ne peut pas encadrer Chémar après ce qu’elle lui a fait mais qui aime bien Fantomina et voudrait l’aider.

Grâce à sa force de vampire, il arrive à stopper Galipus et Galipette, qui sont exténués et s’endorment d’un coup d’un seul.

Bruitage: utilisation d’un bruitage de pierre tombale récupéré sur internet + enregistrement de cris dans le hall d’escalier de l’école, le tout sous le doublage de chacun des protagonistes. 

FIN

> Et si HTP Radio était un film ?

Depuis novembre 2018, l’artiste et illustratrice Hélène Humbert intervient à l’école Karine dans le cadre d’un atelier périscolaire radio-vidéo, accompagnée selon le besoin par Pauline Desgrandchamp et Dimitri Madi pour l’aspect son.

L’objectif de l’atelier est de relier initiation au design sonore et pratique de l’image animée au travers de la création d”un court-métrage que les enfants ont du imaginer, de l’écriture du scénario au tournage des épisodes, jusqu’à la création des bruitages et des voix utiles à la narration imaginée.

> Distributions des différents rôles :

Chédine : Chédine, la princesse de La Team Karine, Chémare la sorcière

Marwa : Marwa de La Team Karine, 

Oissila : Oissila de La Team Karine, Fantomina

Calista : Calista de La Team Karine, Ebila et Galipette

Mehmet : Mehmet de La Team Karine, Mé le vampire

Joshua : Joshua de La Team Karine, 

Arman : Arman de La Team Karine, Robby Potter

Yves : Yves de La Team Karine, Jo le vampire

Yassine : Yassine de La Team Karine, Galipus

Marie : Marie de La Team Karine, le chat

Abdel Maleck : Abdel Maleck de La Team Karine

HTP kids ! L’atelier #MEDITA-SON

> médita-son, qu’est-ce-donc?

Partant de l’idée que les ateliers périscolaires sont des espaces-temps pour tester en commun d’autres possibles, l’atelier #MEDITA-SON propose différentes expérimentations sensibles et innovantes s’essayant à relier corps, espaces physiques et sons afin de mieux appréhender notre rapport empathique au monde et à l’écoute de ce qui nous entoure.

Il s’agit de s’initier à la méditation en pleine conscience, d’expérimenter l’ensemble de nos sens, de travailler notre écoute du monde et de découvrir la prise de son et le domaine de la radio, objet originel de l’atelier.

À l’origine du projet Joséphine Marcolé, Emma Wehrlé, Lou Bouquier et Pauline Desgrandchamp. Chacune à sa manière, a proposé de traduire en sons, les sens. De novembre 2018 à février 2019, elles étaient accompagnées de Catherine, Kenza, Amar, Hassan-Ali, Abdiasis, Ebubekir, Sarah, Mohamed, Gaétan, Chérif et Intawha, enfants de 8 à 11 ans de l’École Catherine.

Nous avons tous.tes été très ému.es d’avoir pu prendre le temps d’apprendre à nous comprendre, à partager des investigations radio dans l’école et surtout à inverser nos habitudes et nos positionnements mutuelles!

> des expérimentations documentées :

Emma et Pauline se sont proposées de garder traces des différents tests et investigations sous la forme d’un carnet de bord, proposé à rebours, partant de la fin vers le début. À vous de choisir si vous commencez la lecture par le début ou par la fin !

Atelier 12 – Le partage avec les parents…

Une séance spéciale où Amar, Catherine, Kenza, Hassan-Ali, Abdiasis, Ebubekir, Sarah, Mohamed, Gaétan, Chérif et Intawha ont pu revenir sur leurs impressions, leurs créations et partager avec les parents présents un goûter convivial et sonore ! Un moyen de proposer un atelier renversé, où ce sont les enfants qui ont initié les parents à découvrir leurs différentes expériences sensibles.

Préparation de la restitution sonore de l’atelier !

Atelier 11 – Tutoriel augmenté !

Afin de préparer la restitution devant les parents, chacun des apprenti.e.s préparent des manières de raconter par le son, les différentes expériences qu’ils ont pu réaliser sur un semestre d’atelier.

Un exemple ici avec un tuto d’initiation à la respiration et l’utilisation du retentissement d’un bol tibétain :

Atelier 10 – La neige, ça dit quoi ? 

Le mois de janvier et sa météo glaciale ont pris leurs aises à Hautepierre… Autour de la Catherine flotte un doux parfum d’hiver immaculé. Ce 24 janvier, les apprenti.e.s journalistes sont tous.tes excité.e.s à l’idée de pouvoir reprendre le micro en main pour interviewer le personnage mystère de cette séance… La neige !

Oui, mais comment on fait ? La neige, ça parle pas, dis ! Ah bon, t’es sûre ?
Partons à sa rencontre…

Atelier 8 et 9 – Les sons qui font du bien, les sons qui dérangent ?

Débrief partagé sous forme d’interview en trinôme autour des ressentis intra-personnels de chacun des enfants autour de :

Qu’est ce qu’il se passe dans mon corps quand j’entends :

– une craie crissant le long d’un tableau ?
– un chat qui miaule ?
– un bol chanter ?
– les bruits de la cour de récré ?
– un papier qu’on froisse ?
– les aller-venus des scooters ?

Atelier 7 – Comme au cinéma…

C’est bientôt les vacances, tous les enfants sont aux aguets ! Quoi de mieux que d’expérimenter en groupes la construction de petites histoires à partager en famille et sans modération…

Le protocole : chaque enfant écrit sur un papier de couleur différente : un lieu, un objet et une émotion. Ensuite, par groupe, nous organisons une pioche par couleur des trois types de thématiques. Le défi : réaliser en une prise enregistrée, une narration immersive utilisant les 3 thèmes piochés. C’est ce que l’on nomme dans le jargon du cinéma, un plan séquence.

Atelier 6 – HTP Reportage à l’école Catherine !

Jeudi 13 décembre, C’est le moment pour Amar, Catherine, Kenza, Sarah, Hassan-Ali, Abdiasis, Ebubekir, Mohamed, Gaétan, Chérif, Intawha, Paulina, Pauline et Joséphine de tester l’écoute de ce qui nous entoure, en mêlant la méditation en pleine conscience (comment se focaliser sur les sons environnants) à l’exercice de l’entretien radiophonique (comment être à l’écoute lorsque l’on se la joue reporter).

En voici différentes retranscriptions sonores, documentées entre espace sonore qui nous fait du bien et constitution de mini-reportages journalistiques autour des ateliers voisins, percussions avec les tout petits et cuisine avec les plus grands ! Tout le monde fini par déguster des bredeles que les cuisiniers ont préparés !

Atelier 5 – Météo des émotions et confection de questionnaires…

Jeudi 6 décembre, la météo est électrique au sein du groupe radio ! Place à la venue de Kismet, puis retour sur l’objet de notre atelier, un premier tour de table, chacun(e) émet sa météo intérieur. Ce qui permet aussi de ressentir qui est fatigué, énervé, frustré de sa journée… À partir de là, trois groupes se forment avec pour mission de composer un questionnaire afin d’aller documenter ce qu’il se passe dans les ateliers périscolaires voisins. La curiosité est un défaut à qualifier, chacun imagine une question nous permettant en tant qu’investigateurs de compiler des informations spécifiques.

Atelier 4 – Voir le son…

On commence par se rendre à nouveau attentifs et attentives à notre respiration en posant une main sur le sternum et l’autre sur le ventre.
Puis on se lève : on inspire fooooort par le nez en levant les bras vers le ciel et on expire foooort par la bouche en les baissant vers le sol.

Lou nous a concocté des petits animations visuelles, chacune d’entre elles inspirée d’un bruit, d’une onomatopée. (un brossage de vent, Pfff, le souffle, Aïïïe, le vent, Dring). On s’amuse à deviner à quoi chacune correspond : un réveil ? des pas ? la mer ? L’imaginaire fuse. 

Atelier 3 – Les bruits de mon corps

À l’école, à la maison, on dit souvent aux enfants qu’il faut écouter. Écouter qui? écouter quoi? On dit aussi plus tard qu’il faut être à l’écoute de l’autre, c’est-à-dire apprendre à le comprendre, en étant de fait différent. Peut-être faudrait-il alors déjà passer par apprendre à s’écouter soi-même pour pouvoir composer son propre rapport empathique au monde…

Plusieurs exercices autour de l’écoute de notre coeur, de notre respiration, de notre sang qui circule dans les veines… Et pour finir et se défouler un petit peu, un exercice collectif de coordination du corps pour en faire une composition rythmique en trois temps, que le groupe continuera d’exercer à chaque fin de séances suivantes.

Un exemple en son ici :

Atelier 2 – C’est quoi un paysage sonore ? 

-Première expérience : à partir de l’écoute d’un enregistrement ambiant d’un lieu spécifique de Hautepierre, chacun.e imagine en dessin, sa propre recomposition du paysage interprété.

fichier écouté (le coeur de la maille ÉLÉONORE, été 2013) :

Et quelques traces des interprétations en dessins :

-Deuxième expérience : place à une auscultation sonore de la cour de récréation. Les enfants sont en binôme, l’un caché de la vue, l’autre en tant que guide et intervieweur. D’autres mondes présentés par les interviewés, entre interprétation et nouvelles images mentales de la cour de récréation.

Atelier 1 – Respirations…

-À partir d’un concept emprunté à Alfred Hitchcock, spécialiste de l’immersion du spectateur-auditeur, nous mettons en scène en début de séance une sorte de « mac guffin » afin d’introduire aux enfants nos drôles de manières de proposer un atelier radio par l’entrée de la méditation et de l’écoute active.

Le « mac guffin » se définit comme un « prétexte au développement d’un possible scénario. C’est presque toujours un objet matériel et il est généralement mystérieux, sa description est vague et sans importance » (source : wikipédia)

Pour nous, c’était une composition sonore diffusée sur des hauts-parleurs juste avant l’arrivée des enfants dans la salle, leur permettant de deviner dans quel endroit l’atelier allait s’organiser et en même temps permettre une entrée dans la matière écoutable !

Nous avons ensuite testé différents exercices d’initiation à la respiration afin d’entrainer les enfants à être attentifs et présents à leur corps. C’est ce que l’on appelle la respiration attentive…

À l’aide d’une balle extensible qui représente les mouvements du thorax et du ventre lors des différentes phases de la respiration, nous avons pu observer et ressentir les effets du souffle qui parcourt le corps.

Au pied de ma tour #3 ! Serge Oehler

> Rencontre radiophonique avec Monsieur Oehler

On ne le présente plus dans le quartier ! Serge Oehler est adjoint au maire de la Ville de Strasbourg en charge des sports et des finances, il est également conseiller municipal de l’Eurométropole et surtout adjoint du quartier de Hautepierre, Cronenbourg, Poteries et Hohberg.

 

Ameur et Dylan, 18 et 17 ans, membres du crew Éclipse prod, accompagnés du vidéaste Vincent Viac, se sont ainsi proposés d’aller à sa rencontre dans le cadre d’une initiative portée par Vidéo les Beaux jours intitulée    « Quartier vu par mes yeux ».

 

HTP Radio en a profité pour composer deux podcasts thématiques.

 

L’un sur l’urbanisme du quartier et la prochaine rénovation urbaine des mailles Éléonore et Brigitte, lieu de vie respectif d’Ameur et de Dylan :

 

Et l’autre, sur les moyens d’accompagner des initiatives créatives comme Éclipse prod :

Dylan, Ameur et Serge, le 16/01/19

 

  • Son âge : 59 ans

  • Son blase : il n’en a plus…

  • Son style : il a un peu évolué mais il reste très année 80 jusqu’à aujourd’hui !

  • Sa spécialité : sa gentillesse, et c’est ses proches qui le disent !

  • Sa devise : « faire que les gens ont le plaisir de leur vie et de leur(s) passion(s) » 

 

Lorsqu’il était jeune et étudiant, Serge Oehler a pu tester l’animation radio au sein de la radio campus d’Ilkirch, avec une émission mensuelle tournée sur le hard rock. Une petite anecdote que HTP Radio était obligé de partager au travers d’un clip de l’un de ces morceaux préférés : le titre Antisocial, par le groupe français Trust, 1980.

 

 

> Vous vous posez aussi des questions sur le renouvellement urbain du quartier?

-Une réunion publique est prévue le 12 mars à 18h30 à la Maison de l’enfance.

 

-Des permanences sont organisées par la Direction de la proximité, ainsi qu’une exposition du projet à la Mairie de quartier, place André Maurois du 26 février au 5 avril (permanences les jeudis de 15h30 à 17h30).

 

 

HTP Reportage ! Le show case de Key Largo

À l’initiative d’un freestyler du quartier alias Cobralaz, une soirée trap hip-hop a été organisée au Studio de Hautepierre, CSC Le Galet, le 21 décembre 2018 avec en tête d’affiche,  le duo Key Largo, tout droit venu de la région parisienne. 

 

Retour en podcast sur la programmation musicale made in HTP avec des morceaux sélectionnés ! 

Saurez-vous reconnaître les artistes parmi :

  • KeyLargo
  • Sparrow HTP
  • 17 Binks (Cobra et Kokess)
  • Double D (Dorian et Darian)
  • Larry 3
  • Roro
  • Osakha

? 🙂

 

> Finalement, ça sert à quoi d’organiser un concert ?

L’objectif de ce premier concert a permis  à la fois de promouvoir les cultures urbaines (hip-hop, danse et VJing) issues du quartier et d’inaugurer le label de musique indépendante hip-hop Hall in East Coast porté par deux jeunes de vingt ans, habitants de Cronenbourg et Hautepierre.

 

C’est pourquoi, ils se sont associés à Eclipse Productions, collectif de producteurs audio-visuels, créé et géré par des jeunes de Hautepierre issus de HTP Radio, pour prolonger leur envie commune de mettre en valeur les talents du quartier et faire rayonner la scène musicale locale. Ils ont ainsi su mêler rap, danse, projection VJing, mapping et freestyle dans une programmation entièrement élaborée par les jeunes.

 

Animation : Izdin

Danse : Elhadj

Vjing : Éclipse prod avec Hélène Humbert

Régie son et lumière : Jérémie Wojtowicz

 

> Le label Hall in East Coast, une initiative made in HTP !

 

LEUR PROJET

En janvier 2018, a été créé le studio d’enregistrement « Leo P. Recording » à proximité de Strasbourg. En moins de 5 mois, le studio a attiré plus de 50 artistes issus du Grand-Est et principalement de Strasbourg. Dû à cet intérêt, le studio a été déplacé à Cronenbourg afin d’augmenter la proximité avec ses artistes. C’est après cela qu’ils ont décidé de monter leur propre label afin de mettre en avant les talents de l’Est et principalement de Strasbourg. 

 

LEURS SERVICES

Le label, en plus du studio d’enregistrement, assure la direction des clips vidéo des artistes, la distribution des projets musicaux des artistes, sur les plateformes de streaming et téléchargement, la gestion et le suivi des artistes, la création et la gestion d’événements permettant aux artistes de promouvoir publiquement leurs oeuvres.

 

LEURS OBJECTIFS

  • Ouvrir la scène strasbourgeoise et faire évoluer le nombre d’auditeurs
  • Organiser fréquemment des évènements afin de mettre en avant les artistes de l’Est
  • Créer des connexions avec d’autres structure de production françaises située dans d’autres villes (Paris, Marseille, …) afin d’acquérir des nouveaux auditeurs
  • Développer le dynamisme urbain du Grand-Est

 

LES ARTISTES SIGNÉS

  •  « Cobralaz »
  • « Werco »
  • « Osakha »
  • « Kokess »

Pour les suivre, RDV sur leur insta : Cobralaz, Werco, Osakha, Kokess

 

Au pied de ma tour #2 Roro du Hood

 > Rencontre radiophonique avec Romane

Romane est un freestyler qui peut autant poser son flow sur des instrus trap qu’afro. Il est originaire du Hobherg, Koenigshoffen, et est notamment connu  sur HTP pour sa collaboration avec le crew de la 17 Binks.

Invité par Cobralaz, il se produira prochainement à Hautepierre dans le cadre du show case de Key Largo le 21 décembre au Studio du CSC Le Galet.

  • Son âge : 19 ans

  • Son blase : Roro du Hood

  • Son style : Un mélange de trap et d’afro 

  • Sa spécialité : Rapper son quotidien

  • Sa devise : « je ferai tout pour les miens »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Son dernier clip disponible sur la chaîne youtube dédiée, produit par Docteur Prod :

> C’est quoi la trap et ça vient d’où déjà?

À l’origine, il s’agit d’un style particulier de rap venant du sud des États-Unis, principalement Atlanta et Nouvelle Orléans, faisant référence aux trap houses, les « maisons pièges » donnant sur des impasses dont on ne peut pas s’échapper et où les trafiquants cuisinent la drogue.

Repris en France et ailleurs, la trap est aujourd’hui revendiquée comme un mouvement « freestyle », avec des éléments musicaux récurrents: roulements de charley, tempo lent, ambiance très sombre, grosses basses synthétiques et des flows reposant sur des variations de vitesse et la répétition de gimmicks. La question du squat et de la zone doit y être centrale.

Les musiques électroniques se sont également emparées de cette mouvance, on parle par exemple de trap EDM ou trap eurodance, laissant de côté les revendications sociales issues du rap et c’est bien dommage !

 

Radio Comptoir ! Le forum du labo citoyen à Koenigshoffen

Après le format Radio Caddie permettant à HTP Radio d’investiguer d’autres territoires populaires de Strasbourg, voici une nouveau format radiophonique élaboré par le labo citoyen, celui de la Radio Comptoir ! Le principe est simple : on pose les micros sur le comptoir, les coudes sur le zinc, on mange, on boit, on discute, on refait le monde…

 

Première expérience autour du forum #3 du labo citoyen spécial Koenigshoffen au bar le poilu avec quatre podcasts thématisés, qui tentent à la fois de dessiner des portraits du quartier mais aussi de co-construire un diagnostic territorial partagé entre citoyens et citoyennes !

 

> Une expérimentation de l’outil radiophonique comme un procédé de co-création d’un diagnostic territorial partagé.

 

#1 Contexte local et historique du quartier (5 min) :

Il s’agit de revenir à la fois sur l’histoire du poilu, bar mythique de Koenigshoffen, tout en dressant une premier portrait de ce quartier ouest en pleine mutation du fait de l’arrivée du tramway prochainement.

 

#2 Débat citoyen autour de l’éducation dans le quartier (12 min) :

Trois écoles se partagent les bambins du quartier… Mauvaise ou bonne gentrification, les mots sont posés !

 

#3 Pour des lieux qui rassemblent  (15 min) :

Partant du constat qu’il n’y a pas de marché à Koenigshoffen (même si chaque vendredi, on retrouve devant le csc Camille Clauss deux étales), où se trouvent les lieux de rassemblement dans le quartier? Le poilu? L’association Parenchantement? le parc Grüber ? le square Appert?

 

#4 La vie de quartier, place au micro comptoir (28 min) :

Discussion autour des élus de quartier, puis retour sur des histoires et des vécus personnels marquant les points de vue sur la vie du quartier.

 

> Au final, c’est quoi le labo citoyen?

Sorte de regroupement populaire questionnant le Strasbourg d’aujourd’hui afin de proposer au fur et à mesure des expériences communes, des pistes concrètes d’avancement du Strasbourg de demain, le labo citoyen est avant tout à saisir comme une initiative indépendante et citoyenne, levier positif et acteur en devenir du débat public.

 

Le principe :

 

1- Créer un forum ouvert au plus grand nombre sous la simple condition du respect de notre manifeste.

2- Ce forum réceptionne, regroupe, identifie des sujets et des problématiques du quotidien des usagers de la ville.

3 – Une fois le sujet identifié, nous activons un groupe de travail dédié à l’analyse et la résolution du sujet : Le Labo !

4- Chaque labo est constitué des membres volontaires du forum et fait appel à son réseau, à des experts et ses compétences internes pour porter le suivi du sujet.

5- Une fois qu’une proposition est aboutie, le forum la porte auprès des financeurs, politiques, partenaires, médias pour la concrétiser.

 

 

Ça vous tente de rejoindre le crew? C’est par ici !

 

Un grand merci à Mehmet, le propriétaire du poilu de nous avoir ouvert ses portes, à Karim, Rachid, Marcel et Benjamin pour la vive discussion qui a suivi ! Reclaim the street…

 

Une investigation proposée par le laboratoire citoyen « Droit à la ville », Yann Coiffier, Guillaume Libsig et Pauline Desgrandchamp. Une production signée HTP Radio !

 

HTP Reportage ! mon quartier réenchanté

Les 12 et 13 octobre 2018, c’était encore l’été indien ! La compagnie 12:21, sous l’impulsion de sa directrice artistique Fatou Ba, a proposé en partenariat avec l’association AMI, d’investir le coeur de maille Éléonore en grand théâtre à ciel ouvert. HTP Radio était sur place pour garder trace de ce moment de rencontre et de partage convivial.

 

En écoute ici, un reportage déambulatoire, signé Dimitri Madi, à la rencontre des différentes animations proposées avec les partenaires locaux, l’association AMI, Femmes d’ici et d’ailleurs, Femmes actives, le CSC Le Galet, les Percussions de Strasbourg, Horizome et les élèves du collège Truffaut et Érasme.

 

 

Et là, l’enregistrement du spectacle « L’Anahata », oeuvre originale de la compagnie 12:21  en collaboration avec le CIR et le CADA du Foyer Notre Dame :

 

 

spectacle « L’Anahata », 13 octobre

 

> C’est qui la compagnie 12:21?

La compagnie 12:21 a été créée en 2014 par Fatou Ba, en tant que structure de théâtre inclusive. Elle oriente principalement ses recherches autour des questions de transmission, d’identités, d’appartenances, d’histoires et de cultures. Son projet est né de rencontres plurielles : avec des artistes ayant une expérience en milieu scolaire ou dans des institutions spécialisées, et des travailleurs sociaux, des chercheurs, des professionnels du monde médical et des enseignants. Le conte occupe une place privilégiée, car il éduque tout en divertissant et il est par ses origines, populaire et accessible à tous.

 

Depuis maintenant trois ans, la compagnie 12.21 travaille en résidence dans le quartier de Hautepierre en offrant aux habitants une pratique à la culture inclusive et en les impliquant dans le processus de création de leurs spectacles. La compagnie réalise ainsi ses actions de manière collaborative à destinations de publics divers (réfugiés, collégiens, mineurs non accompagnés,…).

 

HTP explore ! les balades à l’oreille

Dans le cadre des Journées Européennes de l’Architecture 2018 autour de la thématique ENSEMBLE, le collectif Horizome, associé au festival Exhibitronic et à la JEEP, a proposé d’expérimenter en commun l’architecture percutante de la maille Catherine au travers de deux balades à l’oreille dans le quartier, les 5 et 10 octobre 2018.

 

HTP Radio a notamment participé au projet en produisant spécialement pour l’occasion une phonographie augmentée d’un freestyle in situ. Avec 17 Binks, Cobra et Kesko & la classe des percussions de Strasbourg, Tim Hanquet et Simon Journet. À la production Léo Paulen et Pauline Desgrandchamp.

 

En écoute ici Freestylers : (ATTENTION, ÉCOUTE PRIVILIÉGIÉE AU CASQUE)

 

Et en écoute là, une restitution radiophonique d’une des deux balades, signé Dimitri Madi, volontaire en service civique à HTP Radio.

 

> C’est quoi une balade à l’oreille?

Il s’agit d’une promenade physique selon un trajet défini permettant de se focaliser sur les paysages sonores, en jouant à la fois entre des sons ambiants, des percussions augmentées ou encore des enregistrements sonores, pour raconter autrement les richesses d’un territoire urbain. C’est aussi un moyen de tester ce que l’on nomme un « urbanisme sonique » qualifiant les espaces urbains avec la musicalité des matériaux trouvables sur site et une démarche empathique, à l’écoute des usages des lieux.

Autrement dit, c’est permettre au travers de la « narration sonore en marche », puisque la balade en sons met en action le corps écoutant, de raconter un récit spécifique aux lieux environnants : une sorte de réalité alternative et immatérielle, en 3D, de se qu’il se passe à Hautepierre. Les paysages sonores réels se confondent avec les sons percussifs de Tim et Simon. On joue également entre des sons enregistrés, ( cf. le freestyle) et des sons percutés en direct, permettant au final de mettre en scènes la maille Catherine selon le jour et la nuit.

 

> Ça sert à quoi au final ce type de pratique?

Afin d’appuyer un concept clé dans la notion de fabrique urbaine participative, il s’agit ici d’insister à populariser la compréhension sensible et émotive d’un territoire, fondée autour de la compréhension sensorielle plurielle et divergente de chacun de nous, corps sensibles et habitants de Strasbourg. L’alterité se voit ainsi qualifiée et matérialisée en données de terrain, participant dans le même temps à affirmer la constitution de diagnostics territoriaux plus incarnés vis à vis d’un territoire.

Ce travail fait partie d’une recherche en cours au sein du laboratoire ACCRA de l’Université de Strasbourg, porté par Pauline Desgrandchamp, rédactrice de HTP Radio.

Plus d’informations sur stras-sphere.org

 

> Une expérience partagée et donc partageable !

Voici ici une première synthèse du trajet vécu, rédigée à partir du débrief partagé entre les présupposés des concepteurs et les retours d’expérience de chacun des expérimentateurs empiriques :

 

#Scène 1 : mise en écoute du corps – avenue Cervantès 

Les expérimentateurs fonctionnent en binôme, un pour guider, l’autre masqué, ils avancent dans une marche sonore méditative et territoriale à la fois, dessinant mentalement un trajet imaginaire et sensible de l’environnement présent. Le paysage ambiant est marqué par une pluralités de plans sonores, entre sons de circulations piétonne, automobile et passage du tram. C’est également l’espace-temps de conditionnement de l’expérience sensible pour l’expérimentateur masqué, qui doit s’habituer petit à petit à s’orienter au travers de ses autres sens. Selon les profils, certains ont noté une angoisse forte car perdus tandis que d’autres se rassuraient de suivre les voix de la circulation (différents plans sonores reliés comme le son du tram, voiture, vélos)

 

#Scène 2 : trajet  – allée Charles Perrault

L’utilisation d’une pattern musicale, construite à partir de pièces de monnaie disposées sur les rails du tramway, va donner le top départ des percussions métalliques, avançant dans l’allée Perrault, à coup de bois et de tuyaux.

Ce qui permet également aux expérimentateurs de mieux distinguer les masses architecturales présentes sur place. De nuit, l’un remarque des effets de distance très nets, une autre des effets d’échos amplifiés selon la position du corps écoutant vis à vis des matières résonantes. D’autres étaient  concentrés sur les matières traversés au sol, leurs pieds devenant un outil de ressentis supplémentaire à leurs oreilles. De jour, plusieurs personnes ont noté un effet de distance entre les bruits ambiants et les ajouts de ceux des musiciens. L’une a parlé d’effet de brouillage quant aux sons percussifs, la dérangeant dans l’écoute du paysage ambiant.

 

#Scène 3 : freestyle augmenté – place Flaubert

Un paysage sonore peut aussi se comprendre comme totalement fictif, créé par la manipulation de l’enregistrement. Ainsi, pour insister sur l’aspect immersif du sonore, HTP Radio a testé pour enregistrer les plans, un microphone assez particulier, appelé BINAURAL, permettant de simuler une écoute 3D.

La bande sonore propose en son sein deux plans distincts, transformant des espaces-temps hautepierrois particuliers. L’un concerne l’enregistrement des percussions de Tim et Simon place Flaubert, maille Catherine. L’autre concerne le freestyle de Cobra et Keska devant la CAF, à la Eley. Les percussionnistes jouaient en IN et en OFF, la plus part des expérimentateurs se sont d’ailleurs amusés à vivre une immersion spéciale en doutant de cette fine limite entre réalité et hologramme sonore.

 

#Scène 4 : résonances architecturales – parc Simbad

La marche reprend son cours pour s’avancer petit à petit en coeur de maille, espace architectural autant détonant que respirant… Les percussionnistes dessinent alors une fabrication percussive de l’espace : le parc pour enfant devient un instrument transformant les murs des immeubles en caisses de résonance.

Les gamins aux alentours sont intrigués et excités par ces résonances, les aveugles sont immergés, difficile de déceler les frappes des échos, surtout de nuit. En journée, moins de remarques et plus de compréhensibilité des effets sonores présents. Ce qui permet de proposer cette hypothèse : les temporalités jour/nuit auraient alors un rôle important en tant qu’empreintes de ressentis et d’émotions.

Sorte de final pour les deux musiciens, la partition proposée évolue en des frappes de plus en plus fortes et précises, insistant à affirmer une musicalité métallique pour saisir autrement l’urbanisme spécifique de ce coeur de maille. Un expérimentateur masqué a ainsi été marqué par son souvenir auditif : quelques minutes après l’arrêt des musiciens et avant d’enlever son masque, il continuait d’entendre les percussions de manière mentale pour en dessiner une image plus précise de l’urbanisme local.

 

#Scène 5 : visite sonore – jardin du coin

À la tombée de la nuit, les écarts de température entre des espaces plus minéralisés en frontières de maille et l’avancée en coeur de maille se sont fait ressentir intensément. En journée, comme l’a fait remarqué une des expérimentatrice masquée, il s’agissait plutôt de repérer les ombres portées des bâtiments à partir de la lumière du soleil sur la peau du visage.

L’entrée dans le jardin, vert et dense, était marquée par l’humidité et les odeurs. Quelques sons d’insectes jusqu’alors inédits, puisqu’impossible de se trouver là (le son d’une cigale, d’une libellule ou encore d’un coq) se sont fait entendre, perturbant le paysage sonore local… Une autre manière de symboliser les petits habitants du jardin, bêtes et autres insectes issus du compost ! En journée, pas de sons ajoutés mais une visite des plantations avec un des animateurs du jardin…

 

Conclusion collective autour d’un pot convivial permettant à chacun, expérimentateurs et concepteurs de partagés leur retour d’expériences.

 

 

HTP style ! plateau radio spécial « Droit à la ville »

Dans le cadre des 50 ans de l’ouvrage du marxiste Henri Lefebvre « le droit à la ville », HTP Radio participe au projet PRENDRE PLACE porté par l’INSA et l’Université de Strasbourg sur l’année 2018-2019 en installant son plateau radio au 48 boulevard Lafontaine, maille Éléonore le samedi 20 octobre.

Un plateau radio spécial « Droit à la ville » avec trois thématiques abordées : #HABITER #S’INSTALLER et #ACCUEILLIR, disponible en podcast ici

 

 

L’action proposée, en plus de discuter de cette thématique, s’inspire de ce concept pour penser sa forme, en prenant place dans le hall d’immeuble du 48 afin de clôturer l’exposition « Espace commun, espace d’accueil » dans le cadre des journées de l’architecture 2018. C’est également l’espace et le temps d’interroger notre droit à la ville en fonction du quartier dans lequel on vit.

 

48 boulevard Lafontaine, Eley, 20 octobre 2018

Plateau 1 (47 minutes)

#HABITER

Avec Emma Wehrlé volontaire en service civique mutualisé Horizome et Bretzselle, Lyes Laifa architecte référent de projet pour Horizome, Marguerite Zouatine, habitante du 48 et membre du CA de Horizome et Michael Labbé, maître de conférence en philosophie à l’université de Strasbourg, porteur du projet Prendre place.

 

Retour sur la pensée de Henri Lefebvre, 50 ans après… Qu’en est-il aujourd’hui en terme de mouvement social ? Un droit à la ville différent selon le quartier habité? C’est quand qu’on descend dans la rue pour tout casser?

 

Plateau 2 (28 minutes)

#S’INSTALLER

Avec Thierry Ramadier, chercheur CNRS en psychologie environnementale et membre du laboratoire SAGE, CNRS et université de Strasbourg, Malka Attia Goerger et Waïla Cury, éducatrices en prévention spécialisée à la JEEP Hautepierre.

 

Le squatte à Hautepierre, une position politique affirmée ? La fonction de la rue, de son usage à son appropriation… Quelle place pour des initiatives et de manières générales pour les jeunes à Hautepierre ?

Plateau 3 ( 1heure)

#ACCUEILLIR

Avec  Mohamed Erramami, de l’association Par enchantement et habitant de la Herrade, Koenigshoffen,  Kevin Clémenti de l’association Makers for change et doctorant au laboratoire SAGE et Pascal Charpentier, directeur de CUS habitat Hautepierre et habitant du quartier.

 

Les quartiers populaires, des quartiers accueillant, sorte de refuges pour les nouveaux arrivants? Les forces des communautés dans le quartier… Et ailleurs, que se passe-t-il? Retour sur l’initiative du petit village de Riace, au sud de l’Italie. 

 

Une émission animée par Yann Coiffier, urbaniste social, co-référent du collectif Horizome et Syamak Agha Babaei originaire de Hautepierre, docteur urgentiste, conseiller municipal et vice président de l’Eurometropole en charge de la politique de l’habitat et de l’hébergement. 

 

Réalisation : Maylis Cerbeleaud, de Radio Rhino
Post-production : Marie-élodie Savary du DSAA In Situ Lab et Pauline Desgrandchamp, référente du projet HTP Radio
Coordination générale : Pauline Desgrandchamp et Waïla Cury, de la JEEP

 

HTP Radio remercie chaleureusement l’ensemble des invités ainsi que les habitants du 48 qui nous ont accueilli en bas de leur immeuble.

Un remerciement spécial à Jean Suss de l’association Ithaque et Barbara Morovich, chercheure en anthropologie et fondatrice de Horizome, d’avoir accepter de répondre à nos questions et de prêter leur voix à nos PAD.

 

Au pied de ma tour #1 ! Sadraque Pinto

> Rencontre radiophonique avec Sadraque

 

Sadraque Pinto est producteur de clips, fondateur et couteau-suisse du crew Éclipse prod, il vit à la Eley.

  • Son âge : 16 ans

  • Son blase : Draqsa

  • Son style : créatif et motivé

  • Sa spécialité : La production de clips de freestyle

  • Sa devise : « Rien est impossible »

 

 

> Les moyens de faire du crew Éclispe prod

Eclipse prod, c’est avant tout un groupe d’amis. Une famille soudée de 5 jeunes agés de 16 ans, qui ont décidés de s’autonomiser en créant leur propre label de productions de vidéo-clips made in HTP. Ils proposent gratuitement à des freestylers des environs, la réalisation de l’image et de leur son. Ils sont managers, beatmakers et clippeurs…

Le logo d’Eclipse productions

 

Présence sur les réseaux sociaux, Achat commun de matériel technique, formation en autonomie au pragmatisme, accompagnement éducatif au sein de HTP Radio, rencontre avec des professionnels du monde du cinéma… Leur moyens de faire, c’est de faire ! Et c’est ça qu’on aime à HTP Radio, une fabrication par soi-même permettant par le test et les erreurs que l’on commet d’élargir ses champs d’action, de partager et de mettre en commun pour se professionnaliser au fur et à mesures de nos expérimentations.

> Les réseaux sociaux comme lieu de diffusion des artistes locaux

Pour mieux se faire connaître et diffuser leur créativité, les freestylers investissent les réseaux sociaux de manière tactique. Instagram représente une scène publique des plus massives pour présenter en avant-première des lives ou des vidéos Youtube, permettant aux rappeurs de poser leur flow sur la toile numérique. Chaque compte (fcb, insta, snap etc) est utilisé pour faciliter la venue sur la plateforme vidéo Youtube afin d’augmenter la quantité de vues par vidéo postée…

Instagram est aussi le lieu des rencontres, où producteur et artiste échangent leur numéro et se retrouvent à Hautepierre pour concevoir leur production collective. Chez Éclipse prod, c’est au studio de HTP Radio que se construit le montage musicale et les clips : enregistrement des voix et mixage, rencontre d’autres labels strasbourgeois (La Krimmeri, les Sons d’la rue, HTP Gang) tous les mercredi aprem…

 

Exemple en vidéos d’une collaboration entre  Meï, chanteuse Rn&B et Éclipse prod :