Archives par mot-clé : Automne

C’est l’automne , le temps de la rentrée !

HTP mix ! Braves_htp20

Dans le cadre du premier chapitre de la résidence artistique de Johanna Rocard à Hautepierre sous le signe des rituels de courage, une collaboration dansante a été orchestrée avec plusieurs personnalités de HTP. Chacun·e a pu alors partager son morceau musical fétiche qui lui donne du courage et qui plus est, en temps de crise.

Une mixtape HTP radio signée Marie-Élodie Savary diffusée dans le cadre de la restitution de résidence de Johanna Rocard, organisée le 29 octobre 2020 au pied de l’immeuble du 42, avenue Racine.

Avec les titres pour danses du courage proposés par Elhadj, Abdou, Mikail, Hasret, Adri, Pauline et Ilhame, Dalila, Sanah, Nora, Saadia, Femmes d’ici et d’ailleurs.

> Braves_htp20, une résidence artistique de Johanna Rocard

« Strasbourg, juillet 1518. Des dizaines de personnes se mettent soudainement à danser dans les rues de Strasbourg, rien ne semblent pouvoir les arrêter. On parle de folie dansante. à diverses époques de l’histoire, l’humanité est saisie d’irrésistibles besoins de déplacements et de mouvements.

Ainsi, les danseuses folles et les danseurs fous survivent et perdurent l’idée que ce sont les jeunes, les femmes, les précaires, les « autres » qui se laissent emporter par les danses non codifiées. Semble alors qu’est qualifiée de folie toute manifestation d’une grande émotion. 

Si les rituels anciens ont été oubliés ou se sont fait coloniser, résistent encore les danses de rues et de sols, celles dites sauvages, comme des espaces de soins et de révoltes. 

Strasbourg, 2020. Braves HTP_20 est une invitation à réveiller les fantômes de la grande folie de 1518 et recréer avec les habitant.e.s du quartier de Hautepierre des espaces dédiés aux danses de sols comme outils de résistances et d’enthousiasmes collectifs. Deux temps sont prévus, une version automnale comme un entraînement et un rituel printanier pour fêter les beaux jours.

En ces temps de crises où les corps sont limités, empêchés, violentés, il est nécessaire de continuer à danser pour conjurer le mauvais sort. »

Johanna Rocard,

Braves_htp20, chapitre I

Pour aller plus loin, suivez le compte insta de sa résidence.

Danse rituelle d’Elhadj, photo de Johanna Rocard

> Sources utilisées :

00:00 – 01:39 : Intro, voix et enregistrement ambiant – Johanna Rocard
01:39 – 06:13 : Nancy Ajram – Aah w noss
06:13 – 09:46 : Tarab Shaabi – Jenno Netto (DJ Sweet edit)
09:46 – 13:40 : Jalal Hamdaoui – Zineb
13:40 – 14:12 : « Tout le monde a quelque chose à dire », enregistrement ambiant – Johanna Rocard
14:12 – 18:09 : Cheba Yamina
18:09 – 24:08 : Zina Daoudia – So far exclusive 2018
24:08 – 25:04 : « J’ai fait une chorégraphie », enregistrement ambiant – Johanna Rocard
25:04 – 29:54 : Ino Nakeed – Namaste Babuji
29:54 – 33:09 : Oyna production
33:09 – 36:16 : Fairuz – Bint el shalabiya
36:16 – 38:57 : It’s a man’s world – James Brown
38:57 – 43:04 : Juicy official – Notorious Big
43:04 – 48:24 : Public enemy – Fight the power
58:24 – 52:22 : Propaganda
52:22 – 55:01 : Rakh
55:01 – 57:30 : Champion’s league – Mhd

Les photographies de Johanna Rocard présentes dans cet article, sont proposées sous licence Creative Commons CC-BY-NC_ND

> C’est quoi une résidence artistique?

Une résidence d’artiste désigne bien souvent un lieu ou une structure culturelle qui accueille un ou une artiste à venir s’immiscer dans le temps et l’espace de leur propre contexte ou territoire, pour y imaginer un projet, une démarche.

La résidence d’artiste est ainsi une manière de venir habiter la ville et le processus de création de l’artiste permet de donner son propre point de vue sur les usages de cette ville. Il s’agit d’une logique de don/contre don entre l’artiste et la structure d’accueil de la résidence, c’est-à-dire que l’artiste va partager sa posture, ses émotions, ses doutes et la structure qui l’accueille va appuyer son travail en termes techniques, administratifs et financiers.

Pour aller plus loin sur la compréhension de ce format, un article de Hugues Bazin (2000) autour des résidences d’artistes au sein des quartiers populaires.

Radio comptoir ! Les dispositifs de réciprocité

Dans le cadre des Journées de l’Architecture 2020, le Syndicat potentiel a invité les collectifs Topoi et Horizome à se rencontrer pour partager leur expérience, leur personnalité et leur engagement sociétal. Après trois jours qui ont permis à tout le monde de se découvrir, un plateau radio est organisé au Syndicat Potentiel, avenue de Colmar. Voici avec ce podcast, une recomposition du débat qui mélange les temporalités et les espaces. Il y est question du droit à la ville et de l’impact politique du pouvoir d’agir citoyen :

> Qui est le collectif Topoï?

Au travers de la présentation des dispositifs de réciprocité conçus et réalisés par le collectif Topoi, Flore Grassiot et Antoine Miallon, architectes, retracent les différents projets menés en horizontalité permettant d’assumer une fabrication de la ville ouverte et appropriable par ses habitant·e·s :

Pour aller plus loin : www.topoi.site

> Et si on racontait l’Odylus…

C’est le moment de revenir sur 18 mois de recherche-action au sein d’une aile de l’ancienne clinique Sainte-Odile, où le collectif Horizome et l’association L’Étage ont pu expérimenter avec les 80 résident·e·s du lieu comment lier accompagnement social et démarche artistique au sein d’un centre d’hébergement éphémère. C’est ce que l’on nomme dans le jardon l’habitat intercalaire. À l’initiative du projet, un élu municipal Syamak Agha Babaei et un promoteur immobilier Eddy Vingataramin :

Pour aller plus loin : www.raconter-odylus.org

Un plateau radio organisé par HTP radio au Syndicat potentiel, le 8 octobre 2020.

À la régie : Grégoire Zabé, Jean-François Mugnier.

Avec les interventions de Flore Grassiot, Antoine Mialon, Nathalie Chamagne, Kevin Clementi, Rémi Buscot, Grégoire Zabé, ZaïMo, Thomas Nussbaumer, Riad Ghoul, Anna , Souad El Maisour et Pauline Desgrandchamp.

Un montage de Pauline Desgrandchamp pour HTP radio.

HTP explore ! Hautepierre, côté jardin

Dans le cadre des Journées de l’Architecture 2020, HTP Radio a organisé avec l’aide de Femmes d’Ici et d’Ailleurs et du CSC Le Galet, le premier escape game à ciel ouvert de Strasbourg, permettant d’interroger la démocratie alimentaire et le rapport aux jardins dans le quartier.

L’objectif derrière cette proposition immersive, était de permettre de revenir sur un projet de recherche participative réalisé durant les deux dernières années avec un groupe de jardinier·e·s de Hautepierre, des artistes intervenants du collectif Horizome et des chercheurs de l’Université de Strasbourg.

> L’espace public peut-il se concevoir comme un espace d’appropriation jardinière et de plantations ?

C’est l’une des question de fond du projet de recherche dénommé EXCIPIENT pour Expérimentations Citoyennes, Passeurs d’Initiatives et Engagements dans la Transition agricole et alimentaire, prétexte de l’histoire du jeu proposé.

Retour avec ce podcast, qui utilise plusieurs temporalités et différents types de sources sonores, afin de mieux partager une histoire de Hautepierre, côté jardin :

> Un escape game pour s’échapper de ses clichés…

Le 4 octobre 2020, quatre groupe de trois à quatre personnes arpentaient les mailles Brigitte, Jacqueline, Karine et Catherine, à la découverte plurisensorielle des espaces verts de Hautepierre & à la rencontre de voisin·e·s initiateurs de différents jardins. Une manière ouverte et conviviale de partager l’histoire d’un projet de recherche participative sur la question de la démocratie alimentaire, réalisé entre octobre 2018 et octobre 2020.

Avec la participation de Dalila, Ilhame, Aurélie, Pascale, Sanah, Malek, Ryan, Elsa, Saadia, Gwenaelle, Mounia, Assya, Haroun, Souad, Thomas, Léa, Mame et Abdel.

Un projet conçu et imaginé par Marie-Élodie Savary et Pauline Desgrandchamp dans le cadre de la restitution de EXCIPIENT,

Avec l’aide de Manon Kaupp, Mathilde Barbey, ZaïMo, Joséphine Hassouna, Marie-Claire Nhim et Aziz Kouhous.

Hautes Pierres, Jardin du monde. Un travail de collage-vidéo signée Mathilde Barbey, 2020

> Un retour de l’expérience par Aurélie, participante de la balade

Je m’appelle Aurélie et je suis stagiaire à Horizome sur le mois d’octobre 2020 autour de la question de la transmission par les jardins. Je suis étudiante en design, en DN-MADE (Diplôme National des Métiers d’Art et du Design) Innovation Sociale au lycée Le Corbusier à Illkirch. C’est un nouveau diplôme où je peux apprendre le design graphique et le design produit en situation. Effectivement, dans ces études, nous n’apprenons pas à faire du design commercial mais plutôt du design social.

Le concept d’escape game est au départ une activité divertissante destinée à tous les publics. Les participants sont enfermés dans une salle préparée selon un scénario spécifique. En général, ils doivent réussir à sortir en moins de 60 minutes en fouillant la salle et en résolvant des énigmes. Ici, c’était une approche un peu différente : le but n’était pas de sortir d’une salle mais des préjugés facilement associés à un quartier populaire. Durant cette balade semi-gustative, les participants, par groupes de quatre personnes, ont dû se rendre à différents endroits, à la rencontre de jardinier·e·s de Hautepierre. En tout 5 spots, 5 initiatives à découvrir pour terminer au local de Pépinière pour un ciné-débat organisé par Terre de liens Alsace.

Pendant la balade, nous autres participants, avons fait des croquis, goûté tout ce qui était proposé, sentis, écrit, dessiné, pris des photos des agencements de jardin… On a également ri, souri, fait les curieux, partagé, appris. Nous prenions plaisir à répondre aux énigmes.

J’étais dans un groupe très intéressé par le monde végétal. Mes coéquipières avaient des connaissances sur les vertus des plantes et étaient très enthousiastes de découvrir leur quartier d’une nouvelle manière. L’une est secrétaire d’un jardin partagé à Schiltigheim. Et l’autre s’occupe d’un jardin familial. Toutes deux font parties de l’association Femmes d’ici et d’ailleurs.

J’ai trouvé cette expérience très enrichissante ; à la fois par les rencontres que j’ai pu faire mais aussi par les découvertes et les dégustations nouvelles. Grâce aux rencontres et à la déambulation, j’ai pu découvrir Hautepierre.

On a goûté des recettes à base de plantes comme la capucine, les orties. Ce sont des plantes qu’on ne sait pas toujours utiliser par manque de connaissance sur les plantes sauvages. Nous avons aussi pu découvrir également certaines vertus des plantes contre les maladies, les douleurs mais aussi pour la santé en général.

Ce qui m’a le plus marqué, c’est le partage et le fait qu’au fur et à mesure de la balade, les liens de confiance se créent, on devient proche très rapidement parce qu’on partage une expérience sensorielle et émotionnelle ensemble. Les différents endroits de rendez-vous étaient finalement des prétextes pour se rencontrer : les personnes restaient longtemps aux points de rencontre et on s’est vite rendu compte de la richesse humaine du moment. Je me suis alors rendu compte de comment par une démarche de design en situation, il est possible de vivre une expérience collective forte.

carnet de l’escape game, page 22 et 23
carnet de l’escape game, page 18 et 19

> EXpérimentations CItoyennes, Passeurs d’Initiatives et ENgagements  dans la Transition agricole et alimentaire  : Une recherche-action participative à Hautepierre

Quand le « faire soi-même » s’invite au pied des immeubles ( jardins partagés en cœur de maille + jardins en pied d’immeuble et/ou sur les balcons, arbres fruitiers qui poussent un peu à droite et à gauche dans l’espace public, jardins pédagogiques ou ruches sur le toit d’un immeuble, etc) et que l’on tente de documenter en commun, artistes, chercheurs et jardiniers sur la question de l’alimentation à Hautepierre, cela pose différentes questions intéressantes sur nos usages de la ville de demain, plus écologique, sociale et démocratique. Entre octobre 2018 et octobre 2020, différents temps forts ont pu être organisés permettant d’investiguer les liens entre des initiatives agricoles et alimentaires à Hautepierre.

L’exercice de la démocratie, au-delà d’une approche en termes de justice sociale et alimentaire, met l’accent sur la possibilité de choisir, d’agir, d’avoir voix au chapitre dans la définition des systèmes alimentaires. Simultanément, le choix même d’en appeler à une démocratisation des systèmes alimentaires souligne combien une grande part des industries agroalimentaires tend à s’abstraire de tout contrôle citoyen, par l’opacité des réseaux de circulation, l’absence de transparence sur les produits utilisés ou sur l’équité quant à la répartition de la valeur ajoutée. Face à ce constat, les initiatives de démocratie alimentaire cherchent à agir sur deux volets principaux : la « reconnexion » entre producteurs et consommateurs (la disjonction voire opposition des intérêts des uns et des autres constituerait un pilier du capitalisme), et la « relocalisation » ou autrement dit, la mise en  oeuvre  d’initiatives à l’échelle locale et/ou à taille humaine.

Les différents moments de rencontre entre jardinier·e·s, artistes et chercheur·e·s ont pu permettre effectivement de mieux conscientiser comment et pourquoi des initiatives écologiques et sociales perdurent dans le quartier. En quoi le fait de planter devient une alternative à la consommation du grand Auchan? Pourquoi le fait d’apprendre à fabriquer son propre miel le rend meilleur aux yeux des goûteurs? Comment il est important de pouvoir se transmettre entre passionné·e·s des astuces de plantation culturelles et intergénérationnelles?

Pour aller plus loin sur la démarche de la recherche participative, rdv sur www.excipient.archipels.org

Coordination scientifique du projet EXCIPIENT : Laurence Grandchamp, laboratoire DYNAME

> Sources utilisées :

Montage : Pauline Desgrandchamp et Marie-Élodie Savary

Avec les interventions de ZaïMo, Laurine Sandoval, Marie-Claire Nimh, Aziz Kouhous, Manon Kaupp, Geneviève Manka, Vincent Lebrou, Béatrice Pipart et Pauline Desgrandchamp.

Et l’utilisation de :

-Hautepierre, cité jardin, archive INA, 1976.

Évasions, création sonore, juin 2020, Marie-Élodie Savary

Visite des jardins, ambiance sonore, septembre 2019, Béatrice Pipart, ZaïMo, Laurine Sandoval, Marie-Clair Nimh et Pauline Desgrandchamp.

Balade entre jardinier·e·s au pied des immeubles, ambiance sonore, juillet 2020, Marie-Élodie Savary et Vincent Lebrou

Entretien avec Aziz Kouhous, mars 2019, Pauline Desgrandchamp et Vincent Lebrou

Au jardin du coin, maille Catherine, ambiance sonore, mai 2018, Pauline Desgrandchamp

Photographies d’Aurélie Niot, Pauline Desgrandchamp et Manon Kaupp.

Au pied de ma tour #7 EHM

Au studio de HTP Radio, tous les mercredis après-midi, on retrouve une permanence proposée par La Fine Prod et Horizome qui permet aux rappeurs du coin de composer leur première maquette de production musicale. C’est de cette manière que nous avons rencontré Ephraïm, un jeune adolescent de la maille Karine au flow propre et travaillé !

> Rencontre filmée avec Ephraïm :

Ephraïm est l’un des freestylers le plus jeune du quartier. Fondateur du crew Ehm depuis un an, il se la joue aujourd’hui en solo. Un retour filmé, signé Abdou Ndiaye et Mikaïl Baba pour HTP radio.

  • Son âge : 15 ans
  • Son blase : EHM
  • Son style : Trap
  • Sa spécialité : Sa  gestuelle  dans  ses  clips
  • Sa devise : « La rue, la vraie »

Pour écouter sa première mixtape réalisée et produite au studio de la Ruche, direction le fanlink dédié au streaming !

HTP Style ! Culture(s) et création

Dans le cadre de la restitution de la web série « Au pied d’ma tour » et de la soirée « Urban projects », HTP radio a installé un plateau radio au studio de Hautepierre samedi 14 décembre pour revenir sur les processus de création de deux projets portés par des membres actifs de HTP radio depuis un an et demi : l’émission « J’irai manger chez vous » et la web série « Au pied d’ma tour ».

Les deux projets initiés par Elnara, Dylan, Ameur et Mikaïl ont été soutenus par la préfecture dans le cadre d’une collaboration entre la JEEP de Hautepierre, le collectif Horizome et la Maison des Ados de Strasbourg afin de contribuer à valoriser les jeunes talents de Htp.

À l’écoute ici, le podcast faisant trace des discussions autour des cultures et de la création, diffusé en direct de 17h30 à 18h30, avec Bernadette Nguyen et Ameur Brieg pour animer les débats :

Sujet 1 #J’irai manger chez vous

Retour sur l’expérience globale de cette émission récurrente entre les porteuses. On apprend à enregistrer, à interviewer et à monter… On apprend à découvrir des plats, des recettes de cuisines et tout simplement, on profite du moment présent de partage autour d’un repas entre générations…

Avec Elnara Memmedova, Sarah Bougrin, Waïla Cury et Mariama.

Sujet 2 #Au pied d’ma tour

Retour sur l’histoire de cette web série et son processus de réalisation avec les porteurs et les acteurs présents. Comment est née l’idée de ce projet, elle parle de quoi et pourquoi cette série? On en profite aussi pour parler de design sonore parce que c’est aussi le hip-hop qui est mis en avant par l’audio-visuel… On parle des ambiances sonores et des titres musicaux produits spécialement pour la web série…

Avec Mikaïl Baba, Vincent Viac, Serena Steger, Junior, Ridfauve et Sparrow.

Une émission animée par Bernadette Nguyen et Ameur Brieg, la Eley représente !

réalisation technique : Maylis Cerbelaud,

préparation de l’émission : Pauline Desgrandchamp et Waïla Cury.

HTP Reportage ! Le concours talents urbains

Vendredi 29 novembre 2019, le Studio du CSC Le Galet s’est transformé en café-théâtre dans le cadre de la soirée « Talents urbains » organisée par l’association ASSJ67.

Un événement en deux temps avec en première partie la finale des jeunes talents pré-sélectionnés puis un spectacle d’humour de Ziimondo et Charly Nyobé, membres du jury professionnel de ce même concours.

Mikaïl Baba et Abdou Ndiaye étaient présents caméra au poing et micro-enregistreur afin de recueillir à chaud les impressions des participants.

Le premier reportage vidéo de HTP Radio !

Le principe : restituer le premier concours de l’incroyable talent de Hautepierre, 3 gagnants au total, 3 prix différents, une manière originale de valoriser les talents multiples locaux.

Big up à Elhadj, danseur et grand vainqueur de la soirée !

Images : Mikaïl Baba
Prise de sons : Abdou Ndiaye
Montage : Abdou Ndiaye, pour suivre leur page youtube, c’est ici !

Au pied de ma tour #5 ! Ameur Brieg

Depuis septembre 2018, HTP Radio accompagne en partenariat avec la Maison des Adolescents de Strasbourg, Eclipse production dans la réalisation de la web série Au pied d’ma tour, retraçant les épopées de trois camarades de quartier se rêvant de percer dans le monde du hip-hop…

> Rencontre radiophonique avec Ameur :

Ameur est l’un des membres actif de htpradio, co-porteur avec ses amis Mickaïl et Dylan, de la web série « Au pied dma tour », s’amusant ainsi à détourner notre format d’émission autour de la valorisation des personnalités fortes du quartier en une série vidéo qui sera bientôt diffusée sur youtube…

Retour en podcast sur l’histoire de ce beau projet :

  • Son âge : 18 ans
  • Son blase :  Ameur
  • Son style : Sa simplicité
  • Sa spécialité : Créatif et tenace, je lâche pas l’affaire !
  • Sa devise : « Il faut croire en ses rêves. Si on veut, on peut »

Ici, un épisode de Golden Moustache, une web série originale sur youtube, qu’Ameur avait envie de nous partager parce que l’épisode est critique vis-à-vis des codes du hip-hop entre hier et aujourd’hui :

Et pour suivre le projet sur les réseaux, direction la page Instagram dédiée !

> Et la web série, elle en est où?

Depuis le mois d’octobre, après onze versions du scénario maintenant terminé, le tournage des scènes intérieures suit son cours au studio M33, à la Meinau. Les trois acteurs, RidFauve, Junior et Sérena, ont travaillé sur la production musicale d’un freestyle spécialement créée pour la série, dans le studio personnel de Moxxx du HTP Gang.

Le tournage en extérieur, reporté une première fois faute de pluie, s’est déroulé le samedi 9 novembre, maille Éléonore, au pied de l’immeuble d’un des jeunes porteurs. Maintenant il reste à travailler le derushage et finaliser le montage vidéo…

Big up à Dylan, Mickaïl, Ameur et toute la fine équipe qui gravite autour du projet !

> Affaire à suivre ?

Sortez votre agenda ! Le 14 décembre, de 17h à 22h, Dylan, Ameur, Mickaïl, Horizome, la JEEP et la Maison des Adolescents organiseront au studio de Hautepierre la soirée de lancement de la web série. Ce sera l’occasion pour HTP Radio de proposer un plateau en direct tourné autour du processus de création de la web série Au pied dma tour et de l’émission J’irai manger chez vous.

HTP sur les trottoirs ! Les 50 ans du quartier

Cette année, il paraîtrait que le quartier va fêter ses cinquante années de vie… Wouah 1/2 de siècle, c’est impressionnant… Les partenaires associatifs du quartier avec l’aide de la direction de proximité de Hautepierre, sont donc en train de penser à l’organisation d’un événement spécial. Pour mieux organiser un format qui ressemble aux envies habitantes, HTP Radio est allée dans la rue proposer un micro-trottoir spécial « Et si c’était à nous de l’organiser, qu’est-ce-qu’on ferait? »

Les premières réponses sont disponibles à l’écoute via ce podcast :

Au final, pour l’instant les envies proposées parient sur une grande fête pour allier tout le quartier, à la plaine des jeux ou sur une place, avant les périodes estivales de vacances ou avant l’hiver, avec une déambulation par mailles pour aller chercher ou récupérer les fêtards de HTP ! De la musique et de la cuisine, de la solidarité et l’envie de se rassembler… Et des manières de valoriser les richesses et les caractères multiple de Hautepierre…

Et vous, alors? Une idée spécifique, une envie particulière? Envoyez-nous vos idées par mail à hello@htpradio.org

> Les 50 ans en 50 heures !

C’est le CSC Le Galet qui coordonne la préparation de l’anniversaire des 50 ans. Pour l’instant, l’idée première est de proposer un week-end spécial afin de fêter les cinquante années de vie de Hautepierre en cinquante heures de festivité : ateliers artistiques, cuisine collective et musiques vont rythmer les journées et les soirées !

Vous voulez participer à la programmation des festivités ou alors venir donner un coup de main durant l’anniversaire? Contactez-nous par mail à hello@htpradio.org

Au pied de ma tour #2 Roro du Hood

 > Rencontre radiophonique avec Romane

Romane est un freestyler qui peut autant poser son flow sur des instrus trap qu’afro. Il est originaire du Hobherg, Koenigshoffen, et est notamment connu  sur HTP pour sa collaboration avec le crew de la 17 Binks.

Invité par Cobralaz, il se produira prochainement à Hautepierre dans le cadre du show case de Key Largo le 21 décembre au Studio du CSC Le Galet.

  • Son âge : 19 ans

  • Son blase : Roro du Hood

  • Son style : Un mélange de trap et d’afro 

  • Sa spécialité : Rapper son quotidien

  • Sa devise : « je ferai tout pour les miens »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Son dernier clip disponible sur la chaîne youtube dédiée, produit par Docteur Prod :

> C’est quoi la trap et ça vient d’où déjà?

À l’origine, il s’agit d’un style particulier de rap venant du sud des États-Unis, principalement Atlanta et Nouvelle Orléans, faisant référence aux trap houses, les « maisons pièges » donnant sur des impasses dont on ne peut pas s’échapper et où les trafiquants cuisinent la drogue.

Repris en France et ailleurs, la trap est aujourd’hui revendiquée comme un mouvement « freestyle », avec des éléments musicaux récurrents: roulements de charley, tempo lent, ambiance très sombre, grosses basses synthétiques et des flows reposant sur des variations de vitesse et la répétition de gimmicks. La question du squat et de la zone doit y être centrale.

Les musiques électroniques se sont également emparées de cette mouvance, on parle par exemple de trap EDM ou trap eurodance, laissant de côté les revendications sociales issues du rap et c’est bien dommage !

 

Radio Comptoir ! Le forum du labo citoyen à Koenigshoffen

Après le format Radio Caddie permettant à HTP Radio d’investiguer d’autres territoires populaires de Strasbourg, voici une nouveau format radiophonique élaboré par le labo citoyen, celui de la Radio Comptoir ! Le principe est simple : on pose les micros sur le comptoir, les coudes sur le zinc, on mange, on boit, on discute, on refait le monde…

 

Première expérience autour du forum #3 du labo citoyen spécial Koenigshoffen au bar le poilu avec quatre podcasts thématisés, qui tentent à la fois de dessiner des portraits du quartier mais aussi de co-construire un diagnostic territorial partagé entre citoyens et citoyennes !

 

> Une expérimentation de l’outil radiophonique comme un procédé de co-création d’un diagnostic territorial partagé.

 

#1 Contexte local et historique du quartier (5 min) :

Il s’agit de revenir à la fois sur l’histoire du poilu, bar mythique de Koenigshoffen, tout en dressant une premier portrait de ce quartier ouest en pleine mutation du fait de l’arrivée du tramway prochainement.

 

#2 Débat citoyen autour de l’éducation dans le quartier (12 min) :

Trois écoles se partagent les bambins du quartier… Mauvaise ou bonne gentrification, les mots sont posés !

 

#3 Pour des lieux qui rassemblent  (15 min) :

Partant du constat qu’il n’y a pas de marché à Koenigshoffen (même si chaque vendredi, on retrouve devant le csc Camille Clauss deux étales), où se trouvent les lieux de rassemblement dans le quartier? Le poilu? L’association Parenchantement? le parc Grüber ? le square Appert?

 

#4 La vie de quartier, place au micro comptoir (28 min) :

Discussion autour des élus de quartier, puis retour sur des histoires et des vécus personnels marquant les points de vue sur la vie du quartier.

 

> Au final, c’est quoi le labo citoyen?

Sorte de regroupement populaire questionnant le Strasbourg d’aujourd’hui afin de proposer au fur et à mesure des expériences communes, des pistes concrètes d’avancement du Strasbourg de demain, le labo citoyen est avant tout à saisir comme une initiative indépendante et citoyenne, levier positif et acteur en devenir du débat public.

 

Le principe :

 

1- Créer un forum ouvert au plus grand nombre sous la simple condition du respect de notre manifeste.

2- Ce forum réceptionne, regroupe, identifie des sujets et des problématiques du quotidien des usagers de la ville.

3 – Une fois le sujet identifié, nous activons un groupe de travail dédié à l’analyse et la résolution du sujet : Le Labo !

4- Chaque labo est constitué des membres volontaires du forum et fait appel à son réseau, à des experts et ses compétences internes pour porter le suivi du sujet.

5- Une fois qu’une proposition est aboutie, le forum la porte auprès des financeurs, politiques, partenaires, médias pour la concrétiser.

 

 

Ça vous tente de rejoindre le crew? C’est par ici !

 

Un grand merci à Mehmet, le propriétaire du poilu de nous avoir ouvert ses portes, à Karim, Rachid, Marcel et Benjamin pour la vive discussion qui a suivi ! Reclaim the street…

 

Une investigation proposée par le laboratoire citoyen « Droit à la ville », Yann Coiffier, Guillaume Libsig et Pauline Desgrandchamp. Une production signée HTP Radio !